×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Gestion et marketing

Que mettre à sa carte en pleine crise sanitaire ?

Gestion et marketing - lundi 4 janvier 2021 12:32
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) À l'heure du click and collect et en attendant la réouverture des restaurants, la carte courte a la cote. Elle s'accompagne d'une mise en avant des fournisseurs et producteurs. Le tout pour rassurer les clients. Explication du phénomène avec le consultant Bernard Boutboul.




Le burger fait partie des incontournables d'une carte, même courte.
© Harrys
Le burger fait partie des incontournables d'une carte, même courte.

Difficile, voire impossible, de copier-coller la carte de son restaurant avec celle proposée en click and collect. Car tout ne se transporte pas, tout ne se réchauffe pas, tout ne garde pas sa saveur le temps d’un voyage… Il faut donc adapter son offre à cette situation de crise sanitaire. La carte courte, ramassée, est préconisée par Bernard Boutboul, fondateur et président du cabinet de conseil Gira. Et ce, même avant la crise liée à l'épidémie de Covid-19. “Elle garantit fraîcheur des produits travaillés et qualité du fait maison”, dit-il. De quoi rassurer les consommateurs, en quête d’informations fiables sur le contenu de leur assiette. Par ailleurs, cette carte courte doit être “dynamique”. C’est-à-dire “avoir une rotation rapide”, explique le consultant. À l’instar des ardoises dans les restaurants bistronomiques. Il cite aussi l’exemple du semainier, qui propose chaque jour un plat emblématique de la cuisine française. Une façon de fidéliser. Autre avantage de la carte courte : “Elle est facile à gérer question stock et à réaliser en cuisine.” Un bémol, toutefois : “Si on ne vend pas toutes ses blanquettes de veau le jour J, on ne peut pas les repasser le lendemain… Il s’agit donc d’organiser la rupture de stock. Car ce n’est jamais un problème de dire : 'Il n’y en a plus'. C’est même plutôt un gage de fraîcheur.”

“Incarner celles et ceux qui produisent et fournissent le restaurateur”

Enfin, Bernard Boutboul suggère de mettre en avant la provenance des viandes, poissons, fruits ou légumes, surtout si celle-ci a une “couleur locale”. Une fois encore, il s'agit de rassurer les clients. “C’est important d’incarner celles et ceux qui produisent et fournissent le restaurateur”, souligne-t-il. Comment s’y prendre ? En accrochant leurs portraits sur les murs de la salle, en les postant sur les réseaux sociaux, en les citant sur la carte… En pleine crise sanitaire, on peut aussi imaginer de courtes vidéos, relayées sur Facebook ou Instagram, dans lesquelles éleveurs, agriculteurs, fromagers, boulangers… prennent la parole. Car c’est ça aussi, “s’engager”.

 

#Carte #CriseSanitaire #BernardBoutboul


Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Développer votre créativité culinaire par combinaison
par Gilles Charles
Services