×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Gestion et marketing

#Covid-19 : comment la digitalisation aide les restaurateurs

Gestion et marketing - mercredi 18 novembre 2020 10:35
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Flash code à la place des menus et paiement sans contact jusqu'à 50 €, font désormais partie des nouveaux outils des restaurateurs. Mais quelles sont les limites de cette digitalisation ? Éléments de réponse avec le consultant Bernard Boutboul.




C'est la fin des menus et cartes matériels, 'plus contaminés que la porte des toilettes', selon le consultant Bernard Boutboul.
© DR
C'est la fin des menus et cartes matériels, 'plus contaminés que la porte des toilettes', selon le consultant Bernard Boutboul.

Avant l’épidémie de Covid-19, la digitalisation dans un bar ou un restaurant s’adressait surtout aux jeunes générations, celles qui étaient les plus connectées”, constate Bernard Boutboul. Mais le fondateur et président du cabinet Gira s’aperçoit qu’aujourd’hui “le digital est un outil utilisé par tout le monde”. Et pour cause : cartes et menus, “bien plus contaminés que la porte des toilettes”, ont disparu des tables, virus oblige. “Le flash code est désormais passé dans les mœurs et cela va dans le sens de la sécurisation du client”, observe le consultant. Toutefois, il prévient : “Qui dit flash code ne dit pas absence de contact avec le consommateur. Le flash code doit maintenir, voire renforcer la relation avec le client. C’est-à-dire qu’il faut lui faire des suggestions de plats, le conseiller et l’accompagner dans ses choix.

Parallèlement, Bernard Boutboul souligne que le digital a permis de développer le paiement sans contact. “Car le consommateur ne veut plus toucher de TPE et le restaurateur ne veut plus manipuler de cartes de crédit”, explique-t-il. Le paiement d’un plat du jour ou même d’un simple café est en train de se dématérialiser, à l’instar de l’achat de la baguette en boulangerie. “Si bien que le plafond du paiement sans contact est passé à 50 ”, rappelle Bernard Boutboul. Mais le consultant reste réaliste et pragmatique : “À part le menu et le paiement, la restauration avec service à table ne peut pas se digitaliser davantage, car c’est un métier de services, avec de l’échange, avec de l’humain.” En revanche, la restauration rapide poursuit sa digitalisation à tout crin : “Toutes les séquences sont désormais concernées, détaille le consultant. De la borne dans le restaurant jusqu’au click and collect, en passant par la précommande.”

#digitalisation #QRcode #menu #sanscontact #epaiement


Anne Eveillard
Journal & Magazine
Services