×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Gestion et marketing

#Coronavirus : pourquoi l'hygiène va guider la réorganisation des restaurants

Gestion et marketing - mardi 21 avril 2020 09:43
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

Paris (75) Va-t-on vers la fin des tables à touche-touche, cuisines ouvertes et autre maniement d'un TPE ? Bernard Boutboul, président du cabinet Gira, s'interroge. Pour lui, l'hygiène risque d'être une clé, à terme, pour rassurer et fidéliser les clients.




Les cuisines ouvertes - comme ici, l'une de celles d'Eataly Paris Marais - vont devoir être irréprochables, côté hygiène, en sortie de crise sanitaire.
© Thibaut Voisin
Les cuisines ouvertes - comme ici, l'une de celles d'Eataly Paris Marais - vont devoir être irréprochables, côté hygiène, en sortie de crise sanitaire.

La sortie de crise liée au Coronavirus va engendrer de nouveaux comportements. Bernard Boutboul en est convaincu. Pour le fondateur et président du cabinet Gira, l'hygiène va devenir une priorité tant pour les restaurateurs que pour les clients. Conséquence : il va falloir revoir les plans de salles. “Plus question, pour les consommateurs, d'être à touche-touche”, prévient le consultant. Quant aux cuisines ouvertes, elles devront être irréprochables côté propreté. “Il va falloir redoubler de vigilance sur la façon de travailler et sur ce que l'on montre aux clients, pour les rassurer”, souligne encore Bernard Boutboul.

Enfin, le patron de Gira évoque le paiement sans contact et son éventuel déplafonnement, au-delà de 30 €, car cette pratique évite de manipuler un terminal de paiement (TPE). Il s'interroge aussi sur la façon de faire la queue devant un établissement : “Peut-être que la distance de 1 m, voire 1,5 m entre deux personnes va perdurer au-delà du confinement. Car c'est une façon de se protéger. À l'instar du drive, actuellement plébiscité et qui, à terme, risque d'être préféré à la vente à emporter. Et la vente à emporter préférée à la consommation sur place.”

 

#Coronavirus #deconfinement #Hygiene #CriseSanitaire


Anne Eveillard
Journal & Magazine
Services