×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Gestion et marketing

#Coronavirus : les restaurateurs perdent 221 millions d'euros de chiffres d'affaires par jour

Gestion et marketing - vendredi 10 avril 2020 11:06
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Paris (75) À la veille de l'annonce d'un prolongement du confinement, Bernard Boutboul, à la tête du cabinet Gira, dresse un état des lieux de la situation des restaurateurs : perte de revenus, moral en berne, méfiances des consommateurs .




Selon Bernard Boutboul, président du cabinet Gira, 'les consommateurs redoutent le contact avec les vendeurs et les livreurs'.
© Bruno Comtesse
Selon Bernard Boutboul, président du cabinet Gira, 'les consommateurs redoutent le contact avec les vendeurs et les livreurs'.

Après plus de trois semaines de fermeture des restaurants en France, qu’en est-il des pertes de revenus ? “Nous avons quantifié une perte quotidienne de 26 millions de repas pris hors domicile, ce qui représente 221 M€ de chiffres d’affaires par jour ”, détaille Bernard Boutboul, fondateur et président du cabinet Gira. Quant aux 3 à 5 % des établissements restés ouverts, ils proposent de la vente à emporter et un service de livraison, “mais cela ne fonctionne pas si bien que ça, car les consommateurs se méfient du contact avec les vendeurs et les livreurs”, poursuit le patron de Gira.

Enfin, le moral des équipes comme celui des restaurateurs est au plus bas. “Et ce, d’autant que l’on ne sait pas quand les commerces vont rouvrir .” Il faut pourtant se préparer à une sortie de crise, conclut Bernard Boutboul, “même si, après, rien ne sera plus comme avant ”.

#gira #bernardboutboul #coronavirus


Anne Eveillard