Actualités
Accueil > Actualités > Gestion et marketing

Fiche pratique : prévoir les investissements et financements lors du montage du business plan financier

Gestion et marketing - vendredi 8 novembre 2019 14:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

La part des emprunts dans le financement dépend de la rentabilité et du risque perçus par le banquier.
© GettyImages
La part des emprunts dans le financement dépend de la rentabilité et du risque perçus par le banquier.


L’achat d’un fonds de commerce, la rénovation d’une cuisine… représentent des investissements qui se caractérisent par une dépense importante mais aussi par l’espérance d’un retour sur investissement pendant plusieurs années. C’est pourquoi ils doivent être financés par des ressources stables, d’origine interne ou externe, qui permettent de disposer du temps nécessaire pour que l’investissement produise les ressources qui serviront à rembourser les emprunts et à rémunérer les apports.

 

Investissements :

- achat d’un fonds de commerce ;
- acquisitions d’immobilisations : matériel, aménagements, rénovation… ;
- fonds de roulement permanent.

 

Financements :

 Fonds propres :
- origine externe apports en capital ; apports en compte courant d’associés ; subventions.
- origine interne* capacité d'autofinancement diminuée des dividendes distribués.

• Financements externes 
: emprunt bancaire ; crédit bail


* Les ressources d’origine interne n’existent pas au moment de la création.

 

Quelle répartition entre les fonds propres et le financement externe ?

Pour une création ou une reprise, les fonds propres seront au minimum de 40 % et au maximum de 60 % (création, reprise).
La part des emprunts dans le financement dépend de la rentabilité et du risque perçus par le banquier : plus le projet paraît risqué, plus le banquier exigera des fonds propres importants.

La perception du risque dépend :

- du niveau de risque du secteur : l’hôtellerie et la restauration sont considérés aujourd’hui comme des secteurs plutôt risqués par la plupart des banquiers, ce qui conduit à exiger des fonds propres importants ;

- du risque du projet : celui-ci dépend de la qualité du business plan et de la personnalité du ou des créateurs. Par exemple, un projet de création en franchise sera considéré comme moins risqué car le concept a été testé tant au plan commercial que gestion.

En cas de création ou de reprise, la part des fonds propres exigés est rarement inférieure à 40 %.
En cas d’investissement important en cours d’exploitation (rénovation, extension), il est possible d’obtenir un financement externe plus important si l’entreprise a fait la preuve de sa rentabilité.

 

#businessplan #investissement  #financement 


Jean-Claude Oulé
En complément :
  Gestion en CHR : outils pratiques
Journal & Magazine
#CORONAVIRUS
Offre spéciale d'abonnement gratuit jusqu'au 30 juin 2020
Services