×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Gestion et marketing

Que peut-on manger la nuit à l'hôtel ?

Gestion et marketing - mardi 4 septembre 2018 09:48
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Pas évident de combler un petit creux la nuit dans un hôtel dépourvu de room service. Pourtant des solutions existent. Revue de détail avec Bernard Boutboul, à la tête du cabinet Gira Conseil.




Les hôtels Okko - ici, celui de Nantes (Loire-Atlantique) – proposent une offre snacking à toute heure du jour et de la nuit.
© DR
Les hôtels Okko - ici, celui de Nantes (Loire-Atlantique) – proposent une offre snacking à toute heure du jour et de la nuit.

"Se restaurer la nuit dans un hôtel sans room service, c'est un casse-tête." Bernard Boutboul reconnaît que l'offre est plus que limitée, voire inexistante dans certains établissements. Or, le patron du cabinet Gira Conseil rappelle qu'un client qui subit les effets du décalage horaire ou qui a une petite faim en dehors des heures d'ouverture du restaurant d'un hôtel – quand il en a un -, "ça arrive toujours". Face à cette problématique, Bernard Boutboul préconise deux solutions, "au-delà du croque-monsieur ou des plats cuisinés réchauffés au micro-ondes, avec une restitution finale du produit souvent très moyenne"

 
Facilité et simplicité
 
Pour le consultant, la première option est celle de "la restauration automatique". C'est-à-dire des distributeurs automatiques de pizzas ou autres plats cuisinés, comme il en existe pour les boissons. "Les plats sont remis en température automatiquement et de manière correcte. On descend de sa chambre, on récupère le plat et on repart avec : c'est très simple", souligne-t-il. Deuxième scénario : "L'hôtelier s'approvisionne en bocaux, qui ne sont rien d'autre que des conserves de plats cuisinés de qualité, avec une durée de vie de trois ans, ce qui facilite leur stockage", détaille Bernard Boutboul. 
 
À ses yeux, ces deux alternatives simplifient le travail du personnel de nuit, "qui n'est pas toujours compétent ou équipé pour remettre un plat correctement à température" . "Dans le deuxième cas, c'est très facile. On met le bocal pendant deux minutes au four à micro-ondes, c'est tout. Les hôteliers dépourvus de cuisine ou de room service devraient de plus en plus proposer cela à leurs clients."
 
 

Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3755 -
17 septembre 2021
N° 3754 -
03 septembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Tours de main
par Marcel Mattiussi
Services