×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Gestion et marketing

Intéressez vos collaborateurs

Gestion et marketing - mercredi 27 juin 2018 09:52
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Les perspectives d'évolution, la rémunération, l'ambiance dans l'équipe, la richesse du travail sont, dans le désordre, les sources de motivation des collaborateurs en place ainsi que des arguments pour valoriser les offres d'emploi.



© GettyImages


1. Rien n'est acquis

Le projet de loi visant à supprimer les charges sur le forfait social relance le débat sur la prime d'intéressement versée aux collaborateurs et incite les employeurs à modifier leur modèle de fonctionnement. Toutefois, une exonération accordée n'étant jamais définitive, les simulations de coûts se font à partir de deux hypothèses : avec et sans exonération de charges, car le jour où l'avantage n'est plus accordé par l'État, il restera acquis pour les collaborateurs, ce qui risque de placer l'entreprise en difficulté.

2. Choisir un modèle d'attribution objectif

• Remettre en place un système similaire à la rémunération au pourcentage : seuls les personnels en contact avec les clients étant concernés, le passé a montré les limites de ce dispositif, notamment dans la gestion des conflits entre les services.

• Attribuer une prime en fonction du nombre de couverts servis. Ce système consiste à compléter le salaire de base de tous vos collaborateurs par une somme d'argent indexée sur le nombre de couverts réalisé, une fois dépassé le seuil minimum nécessaire à l'obtention du 'point mort' mensuel. 

Exemple :

Dans un restaurant, sur la base d'un point mort atteint grâce à un ticket moyen égal ou supérieur à 22 € et une moyenne journalière de 170 couverts, soit un minimum de 5 100 couverts pour un mois à 30 jours d'ouverture. Si durant un mois, l'équipe réalise 6 400 couverts (soit 1 300 € de plus que le point mort) avec un ticket moyen d'au moins 22 €, chacun des salariés à temps plein percevra une prime fixée à 0,15 € brut par couvert au-delà du point mort. Soit : 0,15 × 1 300 = 195 € brut.

Pour les salariés à temps partiels, la prime sera versée au prorata du temps de travail.

Jusqu'à aujourd'hui, l'employeur payait 20 % de forfait social sur cette prime d'intéressement. Avec la loi Pacte, cette charge sera supprimée.

3. Partagez vos expériences

La qualité du management contribue à l'attractivité de l'hôtellerie-restauration, tout comme la manière de le faire savoir à l'extérieur de la profession. Communiquez sur vos décisions et vos expériences, notamment sur le Blog des Experts 'Gestion du service et des équipes en CHR',  cela contribuera à revaloriser le travail dans le secteur.


André Picca