×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Le trophée Mumm 2016 remporté par Carole Robin et Jean-Christophe Beysecker

Formation - Écoles - mardi 22 mars 2016 17:11
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Reims (51) Cette compétition est un tremplin pour les élèves en bar et sommellerie des lycées hôteliers de France.




La 14e édition du trophée Mumm réunissait 10 finalistes le 21 mars à Reims, devant neuf meilleurs ouvriers de France et le chef triplement étoilé Arnaud Lallement. Le concours a été remporté par Carole Robin, du lycée d'Orvault (Loire-Atlantique) dans la catégorie sommellerie, et Jean-Christophe Beysecker, du lycée de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) dans la catégorie bar.

Pour ce dernier, titulaire d'un BTS hôtellerie-restauration et qui a exercé une année en Nouvelle-Zélande, "le plus difficile a été le service du champagne. J'étais heureusement plus à l'aise lors de la préparation du cocktail". L'avenir maintenant ? "Tout d'abord un stage au Park Hyatt Paris-Vendôme. Ensuite, j'envisage de repartir à l'étranger. Ce sont les opportunités qui détermineront le choix du pays."
Le parcours de Carole Robin, lauréate en sommellerie, est déjà riche : BTS hôtellerie-restauration, deux années dans des restaurants gastronomiques à Saint-Tropez, Megève et Val Thorens, une année en Australie. "En revenant de l'étranger, j'avais vraiment envie de me concentrer sur la sommellerie car pour travailler dans un grand restaurant, la connaissance du vin est aujourd'hui indispensable." L'avenir s'annonce prometteur également : "Après mon stage à La Cheneaudière, dans le Bas-Rhin, j'espère pouvoir y travailler. Ou, pourquoi pas, retourner en Australie. Les possibilités sont nombreuses dans ce pays."

Thierry Perardelle
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les ruptures du contrat de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services