×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Lancement du Club de l'apprentissage par Nadine Morano

Formation - Écoles - lundi 11 avril 2011 08:49
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      


C’est dans l’amphithéâtre du Conservatoire national des arts et métiers que Nadine Morano a lancé, la semaine dernière, le Club de l’apprentissage. Une association qui regroupe des personnalités, tous anciens apprentis,  dont l’objectif est aujourd’hui d’aider au développement et à la promotion de l’apprentissage « auprès des jeunes, de leurs familles, des entreprises et de tous les acteurs de l’alternance ». Alors que le taux de chômage des jeunes reste très important en France, 70% des jeunes issus de l’apprentissage trouvent un emploi au terme de leur formation. Malheureusement, le cursus ne bénéficie pas auprès, du grand public, de l’image qu’il mérite. Pour  la ministre chargée de l’apprentissage et de la formation professionnelle, une « révolution  culturelle » s’impose. « Nous devons valoriser l’image de l’apprentissage. En France, on méprise l’intelligence de la main. On a trop souvent l’impression que la main n’est pas guidée par le cerveau » lâche-t-elle. A ses côtés dans cette croisade nécessaire, des chefs d’entreprises et meneurs d’hommes qui ont fait leurs preuves. Parmi eux : Michel Roth, chef des cuisines du Ritz, qui insiste sur l’importance du maître d’apprentissage. « Il faut aussi donner envie. Nous sommes dans la transmission d’un savoir-faire. Et si les parents sont davantage réceptifs, un bon accompagnement est essentiel » souligne  le triple étoilé Michelin, également Mof. Même sentiment chez Patrick Scicard, président du groupe Lenôtre, qui rappelle que Gaston Lenôtre a été un des pionniers de l’apprentissage : « Nous avons actuellement 80 apprentis, et nous avons mis en place un principe de coaching. L’accueil des apprentis conditionnent une bonne partie de leur réussite » confirme-t-il. Leur mission désormais au sein du Club : nourrir et animer un débat d’idées à partir de leur expérience professionnelle. Incontestablement riche. Aider à la mise en place d’un réseau social des apprentis destiné à donner de la visibilité aux projets des jeunes ou encore participer aux événements et forums dédiés à l’apprentissage. « Il n’y a pas d’emploi durable sans formation adaptée, ni de formation efficace sans perspective d’insertion dans l’emploi » a terminé la ministre sous les applaudissements d’une salle convaincue. Des jeunes apprentis et leurs professeurs avaient été invités. Pas un siège de libre dans les gradins et autant de témoignages positifs en faveur de cette voie estimée de longue date par la restauration comme la ‘voie royale’.
Sylvie Soubes