×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

66% des entreprises feront moins appel à l'apprentissage cette année

Formation - Écoles - lundi 10 janvier 2011 11:11
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

Une enquête Ipsos-Apprentis d’Auteuil révèle que 7 chefs d’entreprises sur 10 ont l’intention d’avoir moins recours à l’apprentissage en 2011. Les réactions de Régis Marcon, dont la mission sur l'alternance et l'apprentissage se poursuit activement.



L’Hôtellerie-Restauration : Comment analysez-vous ce résultat ?
Régis Marcon : Je ressens un certain découragement dans la profession et plus particulièrement chez les 2 et 3 étoiles. Et cella m’effraie un peu. Ce n’est pas simple, les familles ont du mal avec les contraintes horaires, vous avez aussi des jeunes qui sont sans repères familiaux ou qui viennent dans le secteur par défaut. L’absentéisme est un vrai souci. D’autre part, je pense que l’abandon de l’agrément d’apprentissage a été une erreur. Vous avez des apprentis qui se retrouvent dans des établissements où l’on ne travaille pas la matière et cela contribue à ternir l’image du métier.

Cette étude met aussi l'accent sur l'inadaptation de l'offre de l'apprentissage aux attentes et aux besoins des chefs d'entreprises ?
R. M. : Je ne suis pas d’accord avec ce raisonnement. En revanche, cela démontre le manque d’informations dont dispose l’entreprise. L’information est pourtant diffusée mais la diversité des métiers, des publics et des dispositifs fait que cela devient complexe. Les professionnels se perdent un peu dans les différents dispositifs. On caricature facilement le système de formation en se renvoyant les responsabilités vous savez…

Les dirigeants d’entreprise reconnaissent toutefois dans l’apprentissage un outil de lutte contre le chômage et d’insertion sociale…
R. M. D’où la nécessité de mieux faire connaître en amont les dispositifs, les fonctions et les attraits des différents métiers. Nous y travaillons dans le cadre de la mission. Nous sommes, aussi, par exemple, favorables à une période de pré-apprentissage pour éviter que les jeunes viennent par défaut dans notre secteur d’activité. Parmi les solutions, il y a les développeurs d’apprentissage, ce sont des personnes qui dépendent des CCI et qui vont expliquer aux entreprises les dispositifs. Nous allons mettre en place des opérations pilotes dans trois régions. Nous voulons que chaque contrat soit associé à un engagement signé par le maître d’apprentissage, l’apprenti ou ses parents et le formateur. Il faut que chacun se sente responsabilisé. Les formateurs doivent aussi êtres formés. Et puis, il est important qu’il y ait des accompagnements individualisés des jeunes pour limiter les ruptures. Nous devons également adapter des parcours d’apprentissage pour les jeunes qui en réorientation.

Passer une offre d'apprentissage gratuite
Signer la charte de l'apprentissage
Voir les articles sur l'évolution de la mission Régis Marcon

4
Consulter la page spéciale apprentissage en restauration

Publier un commentaire : aller sur le blog de Régis Marcon

Propos recueillis par Sylvie Soubes