Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Le CFA Villa Nérée devient École hôtelière

Formation - Écoles - mercredi 27 octobre 2010 11:21
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Cannes (06) Le pôle hôtellerie-restauration-tourisme illustre la nouvelle dynamique de cet établissement de formation du bassin cannois.



Une dynamique est enclenchée pour Cannes et son bassin d’emploi. Nous voulons que cette faculté des métiers soit digne des meilleures écoles et devienne le Lausanne cannois. Bernard Brochand, député-maire de Cannes, a ainsi lancé officiellement l’École hôtelière, nouvel intitulé du CFA faculté des métiers de Cannes-la-Bocca, ex-Villa Nérée.

L’implication de la ville, gestionnaire de l’établissement avec la Région Paca, répond à une réalité économique autant qu’à une demande de l’industrie hôtelière. Ce secteur représentait en effet 19 000 emplois, 130 hôtels, plus de 5 000 chambres et 700 restaurants en 2009, alors que le tourisme assurait 925 M€ de retombées économiques.

Face au cruel manque de formation, élus et chefs d’entreprises cannois ont, en 2009, préconisé la création d’une école hôtelière de haut niveau. Le pôle hôtellerie-restauration-tourisme forme chaque année 450 jeunes en alternance et a une réelle légitimité avec un outil performant (3 cuisines, 1 amphithéâtre de démonstration, 36 postes de travail...) et des enseignants de qualité qui forment aux métiers de l’hôtellerie-restauration et tourisme (CAP et BTS). L’année dernière, un CAP services hôteliers et un BP cuisine ont été créés. En outre, l’école a formé des élèves de renom comme Alain Pégouret (2 étoiles Michelin à Laurent), Jean-Denis Rieubland (1 étoile Michelin au Negresco), Christian Sinicropi (2 étoiles Michelin au Martinez) ou Sébastien Broda (1 étoile Michelin au Grand Hôtel).

 

Une logique de filières

Nous pourrons désormais être mieux identifiés, compléter notre carte de formations et répondre aux besoins des entreprises, assure Jean-Marie Besson, directeur de l’École hôtelière. BTS hôtellerie, BP gouvernante, formation continue, délivrance de certificats de qualification professionnelle... tout est ouvert pour créer une logique de filières et monter en puissance. Nous allons développer des partenariats avec des écoles en Angleterre, en Italie, à l’île Maurice... et offrir une véritable logique de filières. Enfin, nous envisageons des formations supérieures ainsi qu’un partenariat avec l’université de Nice sur un projet d’apprentissage en Master II gestion et aménagements touristiques et hôteliers, sans doute pour 2012.

Avec 3,6 M€ de budget annuel, dont 600 000 € apportés par la ville de Cannes, l’École hôtelière répond à un besoin évident. Les directeurs des hôtels et palaces cannois ne s’y sont pas trompés et sont venus nombreux à l’inauguration. Rien d’étonnant : à Cannes, 2e ville de congrès d’affaires en France, l’industrie hôtelière, avec 15 des 22 hôtels 5 étoiles des Alpes-Maritimes, est le premier pourvoyeur d’emplois.

Jacques Gantié

Alain Pégouret, chef du restaurant Laurent : “des professeurs d’exception”

Quand j’ai décidé de faire ce métier, mon père voulait m’inscrire à Lausanne, déclare Alain Pégouret, 44 ans, chef du Laurent. À 11 ans, je cuisinais des petits plats et connaissais les meilleures adresses et à 15 j’avais choisi ma voie. Mais il y avait alors deux ans d’attente à Lausanne et la seule école qui pouvait m’accueillir était l’école Nérée à Cannes. En trois ans j’ai eu mon BEP avec 18 de moyenne. Je garde un fabuleux souvenir de cette école et des professeurs d’exception qui m’ont formé. Ils savaient transmettre leur amour du métier. Au Laurent, je conserve précieusement le Planche & Sylvestre, mon livre de cuisine et travaux pratiques. Mon parcours, je le dois d’abord à ceux qui m’ont formé et ont compris ma passion.”

Journal & Magazine
Services