Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Chez Régis Marcon, la formation des tuteurs est déjà ancrée dans les moeurs

Formation - Écoles - lundi 31 mai 2010 11:40
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Photo de famille autour de Régis Marcon, en présence notamment de Michel Geiser, au terme de la formation au tutorat qui s'est déroulée dans l'établissement du triple étoilé Michelin.
Photo de famille autour de Régis Marcon, en présence notamment de Michel Geiser, au terme de la formation au tutorat qui s'est déroulée dans l'établissement du triple étoilé Michelin.

Saint-Bonnet-Le-Froid (43) 

Trois mots essentiels résument le rapport de Régis Marcon et sa vision de l’apprentissage : la cohérence, l’écoute et l’échange. Un état d’esprit et une politique qu’il remet sans cesse sur l’ouvrage au sein même de son établissement. Durant la semaine qui a précédé cette année la réouverture, les équipes ont participé à une formation ‘expérimentale’. “Un dispositif dont l’objectif était d’offrir au futur tuteur une vision complète de sa mission, qui soit profitable tant au jeune qu’au tuteur”, explique Michel Geiser, directeur général du Fafih, chargé de le mettre en place. Pour Régis Marcon, la fonction tutorale demande à la fois un investissement et une valorisation. L’à peu près, l’improvisation doivent s’effacer au profit d’un ordonnancement, d’une construction. Comment donner confiance aux jeunes, révéler ses potentiels, l'encourager, le responsabiliser, oser le mettre en avant... “ Etre tuteur demande des connaissances, de la maîtrise. D’un point de vue pratique, il y a des situations clefs à connaître et c’est ce que nous avons voulu dégager de cette formation. Parallèlement, il est important que chacun dans l’entreprise puisse comprendre les rouages et les enjeux du tutorat. Il faut qu’il y ait une communication entre les différents services” précise le triple étoilé. Chez lui, le personnel est ‘acteur’. Il l’est dans la démarche éco label, il l’est aussi vis-à-vis des ‘entrants’. “Un jeune doit pouvoir trouver sa place très rapidement” estime Monsieur Alternance qui préconise d’ailleurs dans son rapport des périodes de ‘pré-découverte’. “Il doit intégrer notre filière en connaissance de cause, du moins avec des éléments qui lui permettent d’avoir une idée de ce qu’il va faire ou pouvoir faire”. A Saint-Bonnet-le-Froid, le jeune se voit remettre un livret d’accueil qui comprend notamment l’historique de la maison. “Ensuite, on s’assoit, on discute, on essaie d’en connaître davantage sur lui, sur ce qu’il fait…”. Régis Marcon tient à ce que le jeune sache que sa réussite aux examens fait aussi partie de la vie de l’entreprise. “On est tuteur au quotidien et sur la durée. C’est pourquoi j’insiste sur le principe d’une formation obligatoire. C’est une grosse responsabilité et un titre. La reconnaissance du tuteur est importante, pour lui et le travail qu’il va effectuer. On doit également donner au tuteur l’envie d’entrer dans cette démarche.”  Fin mars, une quinzaine de personnes s’est pliée à l’exercice, dont Régis Marcon lui-même, son fils Jacques, chef de cuisine, son épouse, Michèle, directrice. L’exemple par la preuve. A leurs côtés des représentants de tous les services : gouvernante, commis de pâtisserie, chef de rang, sommelier, assistant maître d’hôtel, assistant de direction…

Passer une offre d'apprentissage gratuite
Signer la charte de l'apprentissage
Voir les articles sur l'évolution de la mission Régis Marcon

4
Consulter la page spéciale apprentissage en restauration

Publier un commentaire : aller sur le blog de Régis Marcon

Sylvie Soubes

Les cinq axes majeurs du Rapport Marcon sur l'apprentissage
-         Améliorer et réformer l’orientation, en mettant notamment en place des périodes de pré-découverte

-         Favoriser les échanges centres-entreprises, généraliser le livret d’apprentissage électronique pour renforcer l’assiduité du jeune, réformer les contenus de formation pour qu’ils soient adaptés au mode de consommation actuel

-         Améliorer l’accueil et le travail en entreprise par la formation obligatoire des tuteurs

-         Généraliser les formations passerelles à l’attention des jeunes décrocheurs, favoriser la mobilité en Europe, aider au transport et au logement, développer les contrats saisonniers, généraliser le CQP

-         Faire connaître les métiers de la restauration, lancer un portail de l’alternance, dresser une liste des entreprises labellisées
mission-marcon.blogspot.com