Actualités
Accueil > Actualités > Emploi

Séance coaching pour dix femmes en quête d'emploi

Emploi - jeudi 3 novembre 2011 10:18
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Paris (75) La 7e journée 'Conseil en image et coaching RH-Pôle emploi' a été dédiée à l'hôtellerie-restauration. Dix femmes en recherche d'emploi dans le secteur ont été écoutées, chouchoutées et orientées, afin de les aider à reprendre confiance en elles face à un DRH. Reportage dans les locaux d'Ecamod à Paris, où la journée a eu lieu.



La psychanalyste Cynthia Fleury ouvre le dialogue avec un groupe de femmes en quête d'un emploi dans l'hôtellerie-restauration.
La psychanalyste Cynthia Fleury ouvre le dialogue avec un groupe de femmes en quête d'un emploi dans l'hôtellerie-restauration.

Pas une ne manque à l'appel. Elles sont dix. Dix femmes en recherche d'emploi dans l'hôtellerie-restauration. Dans ce secteur qui pourtant embauche, elles n'ont pas trouvé de travail. "Parce qu'elles n'ont plus confiance en elles", constate Christine Salaün. La présidente du fonds de dotation Ereel est, avec Pôle emploi, à l'origine de cette 7e journée 'Conseil en image et coaching'. Un événement mensuel qui cible un secteur professionnel différent à chaque session.

De 10 heures à 17 heures, les dix femmes sélectionnées par Pôle emploi ont été écoutées, chouchoutées et conseillées. À leur côté, une pléiade d'experts : coiffeur, maquilleur, styliste, DRH, psy… des coachs venus à titre bénévole pour aider ces femmes à se sentir mieux dans leur corps et dans leur tête lors d'un entretien d'embauche. "Nous travaillons sur les notions de confiance, d'estime de soi, de redéfinition du désir, de courage, de lutte contre le harcèlement et de stratégies d'usure mises en place parfois par les travailleurs, sur la manière de se constituer un réseau, de valoriser sa compétence, de transformer son expérience en expertise ou encore de ne pas chercher à être maximaliste", explique Cynthia Fleury, philosophe et psychanalyste. Des principes de base pour se sentir plus à l'aise face à un recruteur. "Certaines de ces femmes se présentent à nous avec un passé parfois chaotique, semé d'embûches", reconnaît Agnès Fossé-Macé, DRH au sein du groupe Marriott. Habituée à ces journées orchestrées par l'Ereel et Pôle emploi, la DRH apprend aux candidats à doper leur C.V. et à se mettre en valeur lors d'un entretien. "Aujourd'hui, j'ai rencontré des femmes qui ne voient plus que le côté négatif d'elles-mêmes. Je les ai donc aidées à mettre en avant leurs atouts et leurs qualités." En moyenne, Agnès Fossé-Macé passe une heure et demie avec chaque femme. Une façon de créer une certaine connivence et d'inciter les candidates à se confier, se pencher sur leur comportement, réfléchir à leur avenir.


Un 'tailleur pour l'emploi'

Pour cette session, les dix femmes en quête d'emploi ont été reçues dans les locaux du lycée Albert de Mun-Ecamod (Paris VIIe). Ce qui a permis aux élèves de cet établissement de se mobiliser dans la confection de tailleurs sur mesure pour les dix participantes. Un 'tailleur pour l'emploi', dessiné par Roman Gueret, styliste et responsable artistique d'Ecamod. "J'ai voulu ce tailleur à la fois simple, élégant, bien coupé et ultra féminin. C'est un tailleur chic sans être ostentatoire et dans lequel chaque femme va se sentir à l'aise", détaille le créateur.

"Je ne veux plus attacher mes cheveux. J'aimerais les dégrader un peu", annonce Louise-Hortense au coiffeur dépêché par le salon Beige et Blanc. Ancienne élève du lycée hôtelier Jean Drouant (Paris, XVIIe), Louise-Hortense recherche du travail dans l'hôtellerie depuis près de six mois, "à un poste de gouvernante". Mais en vain. Car la jeune femme, mère d'un adolescent, a perdu confiance en elle. Même ses expériences professionnelles passées ne lui donnent pas envie de se mettre en avant lors d'un entretien. "J'ai pris une vingtaine de kilos en un an", poursuit-elle. Alors coiffeur, maquilleur et relookeur s'occupent d'elle le temps de cette journée. "Pour la motiver à nouveau, lui redonner le sourire et du courage", commente Élise Ducauroy, directrice adjointe chargée du développement du lycée Albert de Mun. Et ça marche. Les dix femmes sont reparties avec le sourire, de l'espoir et pour d'eux d'entre elles la promesse d'entretiens avec des recruteurs. Quant au tailleur sur mesure et son top assorti, elles devront revenir mi-novembre pour les récupérer. Une nouvelle occasion de rompre avec leur solitude, d'échanger, dialoguer, être écoutée.
Anne Eveillard

50 % des participants retrouvent un emploi

Un premier bilan réalisé par Pôle emploi à l'issue de six journées 'Conseil en image et coaching' se veut des plus encourageants. En effet, sur 60 personnes reçues en l'espace de six mois, la moitié a retrouvé un travail. Par ailleurs, la prochaine session consacrée à l'hôtellerie-restauration est d'ores et déjà prévue en janvier 2012. Sa particularité ? Cette fois-ci, elle ne ciblera que des hommes.