×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Emploi

La formation : nouvelle priorité pour les saisonniers

Emploi - lundi 30 mai 2011 11:35
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

75 - Paris La première étude nationale sur l'emploi saisonnier a été rendue publique à l'automne 2010. Commandée par le Fafih elle contribue au développement d'un ambitieux programme de formation dédiée aux saisonniers.



Sans contrat spécifique, sans existence administrative, souvent en poste chez des employeurs non réguliers,de CDD en CDD, les saisonniers constituent un monde à part, exclu des plans de formation mis en place par les entreprises et inconnu des statistiques nationales. Jusqu'à l'étude commandée par l'OPCA Fafih au Cereq (Centre d'études et de recherches sur les qualifications) en 2007. "La vocation du Fafih et de son observatoire, créé en 2005, est d'offrir à tous une formation adaptée. Or, nous ne savions rien des saisonniers et il n'existait pas de dispositif dédié", raconte Christiane Thouin de l'observatoire du Fafih. Cette étude, la première du genre, dresse donc un portrait des saisonniers selon leurs région, âge, sexe, qualification... Sur 1 611 600 postes rémunérés dans le secteur de l'hôtellerie-restauration, pas moins de 402 600 postes de saisonniers ont été référencés par le Cereq pour les saisons été/hiver 2006/2007. Autant de personnes qui échappent donc aux cursus classique de la formation, alors qu'elle sont vitales pour la réussite des saisons hiver ou été des professionnels de l'hôtellerie et de la restauration et qui doivent donc pouvoir accroître leurs compétences et évoluer dans leur parcours professionnel. "Cette étude offre des données harmonisées et comparables sur l'emploi saisonnier et représente donc une bonne base de travail", explique Dominique Fournié, du département travail, emploi et professionnalisation du Cereq. C'était un premier pas nécessaire aux yeux du Fafih pour piloter un programme de valorisation de l'emploi saisonnier.

 

Le SPPS : pierre angulaire de la formation des saisonniers

L'OPCA travaille sur un programme de formation dédié aux saisonniers lancé en 2007. La Sécurisation du parcours professionnel des saisonniers (SPPS) offre à chaque saisonnier 20 heures de formation par an dans plus de cinquante centres de formation référencés et sélectionnés, sur des modules adaptés de deux à trois jours et des sujets qui vont de l'hygiène, de la cuisine au service d'étage en passant par la réception. Après deux années de mise en oeuvre, le nombre de bénéficiaires devrait atteindre un millier de personnes. L'heure est au bilan et au renforcement du dispositif. Les résultats d'une enquête qualitative réalisée par le Fafih devraient affiner les axes d'amélioration. "Aujourd'hui nous avons tous les outils pour former les saisonniers. Il nous faut maintenant enrichir la communication", explique Michel Geiser, directeur général du Fafih. La principale difficulté réside dans la communication vers un public difficilement accessible en intersaison. Malgré la création d'un site dédié (www.saisonniers-hotel-resto.fr), de campagnes d'information régionales ou encore le mise en place de relais, les saisonniers ne sont pas encore assez bien informés.

 

La formation s'invite chez les saisonniers

Et pourtant ceux qui ont profité des modules de formation du Fafih y ont trouvé de réels avantages. "J'ai suivi une formation sur l'élaboration de plats à partir des plantes de la région. J'ai pu intégrer ces nouvelles recettes dans la carte du restaurant dans lequel je travaille pour l'ouverture au printemps", déclare Bernadette Chastan, qui a reçu une brochure du CRET de Briançon, le centre de formation de la CCI des Hautes-Alpes, lui communiquant les modules de formation auxquels elle pouvait avoir accès. D'autres ont découvert dans leur agence Pôle emploi, durant une intersaison, les opportunités offertes par les formations du Fafih. "J'ai suivi des modules sur l'hygiène, l'oenologie, l'informatique ou encore l'anglais. Cela m'a beaucoup aidé et a enrichi mon C.V.", explique Laurie Brigenti, qui a réussi à gravir les échelons du service en salle à travers ses différentes expériences saisonnières. L'intersaison reste aujourd'hui le plus sûr moment pour se former. Rares sont les entreprises qui organisent des séances de formation pour leurs saisonniers. Toutefois, des initiatives se mettent en place. "Certaines enseignes de la restauration ou de l'hôtellerie intègrent les saisonniers dans leur plan de formation afin de les fidéliser et de développer leurs compétences", note Jean-Luc Fessard, p.-d.g. du cabinet Le Temps du Client.
Valerie Meursault