Actualités
Accueil > Actualités > Emploi

Les artisans de l'excellence : Paul Giraud, vigneron de génération en génération

Emploi - mercredi 10 novembre 2010 10:20
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Bouteville (16) Vigneron spécialisé dans le cognac à Bouteville, Paul Giraud est la tête d’un patrimoine transmis de génération en génération. Portrait d’un puriste exigeant qui produit l’une des meilleures eaux-de-vie de vin du monde.



Il y a 400 ans, il y avait déjà un Paul Giraud à Bouteville (près de Cognac), au cœur de la Grande Champagne. Son descendant, 58 ans et aujourd’hui à la tête d’un stock transmis au fil des générations, produit l’un des cognacs les plus goûtus selon les connaisseurs. Vendanges manuelles, procédés de distillation maison, assemblage d’eaux-de-vie de même millésime : exigeant et puriste par nature, ce Charentais ne lésine pas sur les moyens. Considéré par certains comme le dernier des mohicans, Paul Giraud explique simplement respecter (son) terroir et travailler (sa) vigne avec amour.

“Un peu comme le 4 x 100 mètres”
Passionné par la fabrication de l’eau-de-vie locale, après avoir scrupuleusement observé son père et son grand-père travailler dans les vignes, l’artisan reprend le flambeau au sortir de ses études. Son BTS viticulture-œnologie en poche, il crée la marque Paul Giraud juste après la crise économique de 1974. Quelques années plus tard et fort d’un succès grandissant, il devient un vif défenseur du cognac. Paul Giraud milite activement pour les Vignerons indépendants. Cette fédération, explique-t-il, regroupe un grand nombre de viticulteurs-producteurs sur les deux Charentes. Emblème dune viticulture indépendante, elle défend la diversité des terroirs, des climats et des méthodes de production.
Aujourd’hui spécialisée dans la mise en bouteille de vieux cognacs exportés dans 25 pays du globe, la maison Giraud est connue dans le monde entier. Homme de générosité, Paul Giraud aime l’idée de transmission d’un savoir-faire : Le métier de viticulteur, conclut-il, cest un peu comme le 4x100mètres en athlétisme. Chez nous, on donne le relais sur le long terme. Prenez lexemple de ce que jai distillé cette année: ce n’est pas moi qui le vendrai, mais probablement mes descendants. Dans notre région, cest souvent le père qui travaille pour son fils!

Mylène Sacksick

Chiffres clés sur le Cognac
• Plus de 95 % du cognac est exporté

• 4 maisons représentent à elles seules plus de 70 % du marché mondial

• Un peu plus de 6 000 viticulteurs exercent en France : 1 500 ‘viticulteurs purs’ (qui ne produisent que des vins prêts à distiller), 4 500 ‘viticulteurs bouilleurs de cru’ (qui distillent leurs vins sur leurs alambics ou les font distiller à façon pour élaborer des eaux de vie), et une centaine de ‘bouilleurs de profession’, spécialisés dans la distillation de vins qu’ils n’ont généralement pas produits.

Accès au métier de vigneron

De l’ouvrier vigneron à l’exploitant, les qualifications sont de plus en plus pointues. Le certificat d’aptitude professionnelle agricole (CAPA) ‘Vigne et vin’, le brevet d’aptitude professionnelle agricole (BEPA) ‘Conduite de productions agricoles’ forment des ouvriers qualifiés de la viticulture. Le baccalauréat professionnel ‘conduite et gestion de l’exploitation agricole’ prépare des techniciens capables de créer leur propre exploitation. Le brevet de technicien supérieur agricole‘viticulture-œnologie’, forme des responsables de culture, de chai ou de cave. Certaines écoles d’ingénieurs, comme l’ENSA (Montpellier), l’ENITAB (Bordeaux) et l’ENSAT (Toulouse) proposent des spécialisations en viticulture-oenologie.

Source : Onisep et le Bureau national interprofessionnel du cognac (www.cognac.fr)
Cognac Paul Giraud
16120 Bouteville
http://cognac.paulgiraud.pagesperso-orange.fr
Tél. : 05 45 97 03 93

Journal & Magazine
Services