Actualités
Accueil > Actualités > Emploi

Un exemple pour les jeunes : le parcours de Thierry Marx

Emploi - lundi 30 novembre 2009 08:53
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Thierry Marx est le chef du Château Cordeillan-Bages à Pauillac (2 étoiles Michelin).
© Jeff Nalin
Thierry Marx est le chef du Château Cordeillan-Bages à Pauillac (2 étoiles Michelin).

Quel est votre parcours ?
Thierry Marx : J’ai commencé dans la restauration à travers l’univers de la pâtisserie. Je suis ensuite parti en Australie. C’est là-bas que j’ai vraiment découvert la cuisine, où elle m’a plu. J’ai donc fait la découverte de la cuisine française à l’étranger ! C’est une vraie richesse culturelle pour nous Français qu'elle ait cette réputation à l’international. Je suis ensuite revenu en France pour passer les examens 'classiques' CAP, BEP. J'ai suivi ces formations en alternance en candidat libre (cours du soir), ce qui m'a permis de faire la rencontre de professionnels de terrain et des rencontres très enrichissantes. Ce sont ces personnes qui m'ont apporté la motivation, avec un grand sens de la transmission du savoir, et l’envie de progresser dans le métier.

Il y a quelques mois, vous avez annoncé que vous souhaitiez former des chômeurs à la street food. Pourquoi une telle initiative ?
Car cette école propose une vraie alternative à la malbouffe et une protection du patrimoine culinaire français.

Comment va-t-elle se matérialiser ?
Nous avons créé avec la mairie de Blanquefort (33) la première école de cuisine nomade. Le projet est concrétisé et les cours ont commencé en septembre au lycée hôtelier St-Michel de Blanquefort qui est également notre partenaire. L’école accompagne les demandeurs d’emploi qui ont chacun un projet d’ouverture d’un corner de rue. C’est intéressant car cet accompagnement conduit à la création de micro entreprise qui est un ascenseur social possible

Quel message souhaiteriez-vous faire passer aux jeunes ?
Le travail est épanouissant quand il est choisi et pas subi. On a tout intérêt à choisir une formation professionnelle épanouissante car apprendre est un plaisir. Quand on a bien choisi son métier, on peut vivre dans la passion.

Passer une offre d'apprentissage gratuite
Signer la charte de l'apprentissage
Voir les articles sur l'évolution de la mission Régis Marcon

4
Consulter la page spéciale apprentissage en restauration

Publier un commentaire : aller sur le blog de Régis Marcon

Julie Gerbet