×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Conjoncture

En novembre 2010, le tourisme d’affaires a dopé l’activité hôtelière

Conjoncture - jeudi 10 février 2011 10:12
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Selon une note de conjoncture de la Direction générale de la compétitivité de l’industrie et des services (DGCIS), entre novembre 2009 et novembre 2010, la fréquentation hôtelière en France a augmenté pour le deuxième mois consécutif. La majorité des régions, et toutes les catégories d’établissements, profitent de cette hausse.



Entre novembre 2009 et novembre 2010, les nuitées sont en hausse de 4,4 % dans les hôtels, après un encourageant + 1,6 % en octobre. La progression cumulée sur un an, par rapport aux douze mois précédents, s’élève à + 2,4 %. Cette hausse est principalement imputable au tourisme d’affaires de la clientèle française : d’une part, l’augmentation des nuitées de la clientèle française (4,8 %) représente près de 80 % de la hausse globale et, d’autre part, les nuitées d’affaires, toutes clientèles confondues, contribuent pour près de 90 % à la hausse globale. Cette évolution met un terme à une série de quatre mois au cours desquels la dynamique venait davantage des clientèles étrangères.

Ces clientèles demeurent néanmoins en progression (3,2 % entre novembre 2009 et 2010). Sous l’impulsion de la clientèle chinoise (23,7 %), les nuitées des clientèles asiatiques progressent de 13,5 % en novembre 2010 par rapport à 2009. La fréquentation des touristes japonais repart également à la hausse (16,3 %), de même que les clients des Proche et Moyen-Orient (18,6 %). Les nuitées des clientèles américaines s’accroissent de 3,4 %, en hausse de 9,4 % sur les onze premiers mois de l’année. Le dynamisme se situe davantage du côté des clientèles en provenance d’Amérique centrale et du Sud (8,2 %), en progression de 29,6 % depuis le début de l’année. La croissance des nuitées des touristes en provenance des États-Unis ralentit encore en novembre (1,7 % contre + 4,8 % en octobre), en dépit d’un regain de forme du dollar face à l’euro. Les nuitées des clientèles européennes augmentent également, mais de façon plus modérée : + 1,5 % en novembre et + 0,7 % de janvier à novembre 2010 par rapport à 2009. Les nuitées des Russes connaissent la plus forte progression (+ 35,6 %).

Cet attrait pour la France bénéficie en très grande majorité à Paris et sa proche banlieue. Les nuitées des clientèles des pays voisins progressent plus faiblement, les plus dynamiques venant d’Allemagne et des pays du Nord (8,9 et + 14,0 %). À l’opposé, les clientèles du Royaume-Uni et des Pays-Bas reculent encore (- 4,7 % et - 10,6 %). La clientèle anglaise pâtit depuis le début de la crise de la forte dépréciation de la livre sterling par rapport à l’euro. La fréquentation espagnole, elle, diminue de 7,9 % en novembre après une hausse de 7 % en octobre.

 

L’hôtellerie de luxe attire les clientèles étrangères

La hausse de fréquentation se répercute sur la grande majorité des régions. Seuls la Champagne-Ardenne, le Nord-Pas-de-Calais et les deux Normandies sont en baisse. Les plus fortes hausses de fréquentation sont en Bourgogne (+ 10,3 %), Languedoc-Roussillon (+ 9,4 %), Corse (+ 8,6 %), Aquitaine et Poitou-Charentes (+ 6,5 %). L’Île-de-France, habituellement en tête, ne se place qu’en sixième position avec une augmentation de 5,7 %. Ces régions bénéficient pour la plupart d’un afflux conjugué de clientèles française et étrangère. En Île-de-France, la hausse de fréquentation étrangère reste toutefois modeste (1,2 %).

En novembre, le taux d’occupation des hôtels est de 53,1 %. Après deux années de baisse, ce taux est en hausse par rapport à novembre 2009 (1,0 point). L’Île-de-France bénéficie du taux d’occupation le plus élevé (71,1 %), nettement supérieur au taux d’occupation moyen des autres régions métropolitaines (45,7 %). Les zones de montagne, avec une activité au ralenti en novembre, ont le plus faible taux d’occupation (28,7 %). La hausse bénéficie à toutes les catégories d’hôtels mais elle est plus forte pour les hôtels de standing : + 3,5 points pour les 3 étoiles et + 4 points pour les hôtels haut de gamme (4 et 5 étoiles). Les hôtels de standing sont également les seuls à accroître leur offre de chambres (0,7 % pour les 3 étoiles et + 6,1 % pour le haut de gamme). Les hôtels haut de gamme font preuve d’un grand dynamisme avec le taux d’occupation à nouveau le plus élevé (59,5 %) et novembre ils contribuent à eux seuls au tiers de la hausse de fréquentation par rapport 2009.

L’attrait des clientèles étrangères pour le haut de gamme reste particulièrement fort : leur présence y est deux fois plus importante (61 % des nuitées du haut de gamme) que sur l’ensemble des hôtels (28 %).
Journal & Magazine
N° 3755 -
17 septembre 2021
N° 3754 -
03 septembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Hygiène & HACCP : le minimum pour être prêt pour un contrôle
par Dominique Voisin
Services