×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Conjoncture

Harry Roselmack avec les résistants du monde paysan

Conjoncture - jeudi 20 janvier 2011 10:58
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

35 - Ille-et-Vilaine À l’occasion de la diffusion du documentaire ‘Les résistants du monde paysan’, le mardi 25 janvier à 23 h 10 sur TF1, présenté par Harry Roselmack, nous avons rencontré le co-réalisateur (avec Gaël Leiblang) Alexandre Dell.



Harry Roselmack présente le documentaire ‘Les résistants du monde paysan’.
Harry Roselmack présente le documentaire ‘Les résistants du monde paysan’.


L’Hôtellerie Restauration : Qu’est-ce qui vous a le plus marqué en tournage ?


Alexandre Dell : Nous avons pris la mesure du problème. Les agriculteurs (laitiers, céréaliers, maraîchers…) sont bel et bien au bord du gouffre. Les causes sont multiples : la dureté du métier, la charge de travail, les revenus faibles et aléatoires [ces deux dernières années, les revenus des paysans ont baissé de moitié, NDLR], l’augmentation continue des charges, ou encore la pression des fournisseurs et des banquiers. Tout cela réunit, ainsi que la difficulté de se projeter dans l’avenir pousse d’ailleurs un paysan par jour à se suicider.

 

Malgré les difficultés, les agriculteurs s’accrochent à leur profession ? Pourquoi selon vous ?

L’attache au terroir est vitale pour eux. De plus, bien souvent l’exploitation est un héritage familial qui a une valeur sentimentale très forte à leurs yeux. Enfin, malgré leur mode de vie très difficile, cette profession leur offre une relative liberté et une forme d’autonomie qui les sécurisent.

 

Quels liens ont-ils avec les consommateurs ?

Paradoxalement, même s’ils ne les rencontrent jamais, ils ne pensent qu’à eux lorsqu’ils travaillent. La qualité de leur produit et le respect du consommateur sont des valeurs primordiales pour les agriculteurs.

 

Avez-vous changé votre regard en tant que consommateur depuis ce film ?

Tout à fait. Désormais, je favorise systématiquement les petits producteurs locaux, pour leur donner un coup de pouce. Je sais que derrière chaque produit, il y a un paysan et sa famille. Je regarde aussi davantage la composition des produits que j’achète, pour m’assurer de leurs qualités intrinsèques.

 

Mylène Sacksick