SOS EXPERTS
Se connecter / S'abonner Espace Abonnés Espace abonnés

SOS Experts > Gestion et Marketing > Accueil

Gestion en fiches pratiques
Jean-Philippe Barret et Eric Le Bouvier


Accueil SOS Experts
Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :


Excédent et résultat bruts d’exploitation : deux indicateurs à ne pas confondre

L’EBE et le RBE peuvent être parfois confondus. Or, ils mesurent des performances différentes.


L’EBE est utilisé dans le cadre de la valorisation d’un fonds de commerce. © Thinkstock

Excédent brut d’exploitation (EBE) 

Définition : L’EBE permet de déterminer la rentabilité dégagée par l’entreprise, hors éléments exceptionnels. Il est indépendant de la politique de financement de l’entreprise. 

Mode de calcul : Valeur ajoutée + subventions d’exploitation –impôts et taxes et versements assimilés – charges de personnel (salaires + charges sociales)

Particularité : l’insuffisance brute d’exploitation correspond à un EBE négatif.

Remarque : L’EBE est utilisé dans le cadre de la valorisation d’un fonds de commerce. Le montant est ainsi souvent mentionné dans les annonces de cession. Les spécialistes des transactions se servent de cet indicateur en le multipliant par un coefficient pour obtenir une base de négociation. D’autres méthodes sont également combinées pour une meilleure approximation d’un ‘juste prix’ de cession, comme l’utilisation du RBE.

Résultat brut d’exploitation (RBE)

Définition : Indicateur spécifique à l’hôtellerie-restauration. Il correspond à une marge du tableau de gestion montrant la performance opérationnelle d’un établissement. 

Mode de calcul : marge sur coût principal – frais généraux

Rappel : Marge sur coût principal = CA – coût des ventes – charges de personnel

Les frais généraux (10 à 15 % du CA) correspondent à un ensemble de charges d’exploitation dont une approximation est présentée ci-dessous.

Pour en savoir plus : consultez la fiche pratique sur les frais généraux

Au cours de ces dernières années, le RBE en fonction du chiffre d’affaires a évolué selon les données suivantes (données KPMG – L’Industrie hôtelière française) :

• Résidences de tourisme urbaines

Catégorie

 RBE (en % du CA)

2 étoiles

 45 % à 56 %

3 étoiles

41 % à 49 %

4 étoiles

46 % à 48 %

• Hôtels

Catégorie

RBE (en % du CA)

1 et 2 étoiles

31 % à 42 %

3 étoiles

29 % à 35 %

4 étoiles

27 % à 32 %

5 étoiles Standard

30 % à 33 %

5 étoiles Supérieur

27 % à 30 %

Comment accroître le RBE

L’exploitant peut agir sur deux leviers pour accroître le RBE : 
- maximiser le chiffre d’affaires HT (fréquentation et prix)
- minimiser les charges opérationnelles (achats matières premières, frais de personnel, frais généraux).

Ces dernières années, les hôteliers puis les restaurateurs ont subi une hausse des coûts des ventes liés à la commercialisation (agences en ligne, plateformes de réservation ou de mise en relation). L’augmentation conjuguée des coûts de matières premières et des pressions salariales conduit à une réduction du pourcentage du RBE par rapport au chiffre d’affaires.
Afin de mieux suivre la performance opérationnelle de son établissement, il peut être intéressant pour un hôtelier-restaurateur de calculer un RBE par centre de profit :
- hébergement ;
- petit-déjeuner ;
- restauration ;
- séminaires ;
- spa (si présent dans l’établissement) ;
- boutique…

Mise à jour : février 2019


Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :


Consulter les dernières questions

EBE et RBE : l'EBE est-il plus important que le RBE ? Si oui, pourquoi ? (de Brad)
09/03/21 à 13:58
Taux de transformation ou réactivité (drop through) : comment parvient-on à ces taux de retour entre N/N-1 et budget ? (de Guillaume MARCHAND)
05/09/18 à 22:08
Achats à l'étranger : est-ce possible ? (de JEAN CLAUDE TRIPIER)
08/05/18 à 23:27
Autres questions


Poser une nouvelle question

Cocher cette case pour rester anonyme
En cliquant sur publier vous acceptez les conditions générales d'utilisation

Protection de vos données  -  Signaler un contenu illicite