SOS EXPERTS
Se connecter / S'abonner Espace Abonnés Espace abonnés

SOS Experts > Juridique et Social > Accueil

Droit et réglementation en CHR
Pascale Carbillet


Accueil SOS Experts
Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :   Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer par email

La responsabilité présumée de l'hôtelier

Les hôteliers sont soumis à un régime spécifique de responsabilité en cas de vol des effets de leur clientèle. Pour permettre aux professionnels de mieux apprécier leurs besoins en assurances, nous faisons le point sur le régime applicable.

À l'origine, les rédacteurs de l'article 1952 du code civil ont certainement voulu protéger le voyageur en lui évitant de décharger l'ensemble de ses bagages pour un séjour bref. C'est la raison pour laquelle, les articles 1953 et 1954 du code civil mettent en effet à la charge des hôteliers une présomption de responsabilité en cas de vols ou de dommages causés aux effets de la clientèle.

À la différence du droit commun, le client n'a pas à démontrer la faute de l'hôtelier pour être indemnisé :
- À concurrence de cent fois le prix de la chambre pour les vols survenus à l'intérieur de celle-ci ;
- À concurrence de cinquante fois le prix de la chambre pour les vols commis dans le parking de l'établissement ;
- Sans limitation pour les vols affectant les effets remis à la réception.

Ce régime de responsabilité assez rigoureux ne peut faire l'objet de dérogations et l'hôtelier ne peut s'en exonérer en affichant un panneau déniant par avance toute responsabilité. Dérogatoire au régime général de la responsabilité, cette présomption de responsabilité ne s'applique qu'aux établissements hôteliers proprement dits (le code civil parle des hôteliers et "aubergistes").

Vol des objets de la clientèle dans la chambre (Ou toute partie de l'hôtel en dehors de la réception ou du parking)

La responsabilité de l'hôtelier est retenue à concurrence de 100 fois le prix de la chambre.
Il suffit que le client se fasse voler ses affaires pour que l'hôtelier voit sa responsabilité engagée. Cette responsabilité est automatique même en l'absence de toute faute de l'hôtelier. C'est pour cette raison qu'elle est limitée.

La responsabilité de l'hôtelier est illimitée
Si le client peut démontrer la faute de l'établissement (par exemple, la clé a été volée à la réception ou la femme de ménage a laissé la chambre ouverte sans surveillance…).

L'hôtelier n'est pas responsable
- En cas de faute du client
L'hôtelier peut s'exonérer de toute responsabilité s'il démontre la faute du client (par exemple, le client qui oublie de fermer sa porte ou sa fenêtre). Mais, ne constitue pas une faute du client, le fait qu'il ait refusé d'utiliser le coffre de la chambre ou de la réception.

- En cas de force majeure
Mais la force majeure est très difficile à retenir. En effet, un vol commis avec agression ne constitue pas un cas de force majeur.

Vol des objets des clients sur les parkings

La responsabilité de l'hôtelier peut être engagée pour tous les véhicules (et les affaires de ses clients) qui sont stationnés sur un parking mis à la disposition de la clientèle, peu importe que l'hôtelier en soit propriétaire ou non.

La responsabilité est retenue à concurrence de 50 fois le prix de la chambre
Le client n'a pas besoin de montrer la faute de l'hôtelier, le vol est une condition suffisante pour faire jouer cette responsabilité limitée.

La responsabilité de l'hôtelier est illimitée
Si le client démontre la faute de l'hôtelier. Va constituer une faute, par exemple, l'oubli de fermer le parking la nuit alors que c'était prévu ou en raison d'un vol commis en l'absence du gardien alors que l'hôtelier annonce que son parking est gardé.

L'hôtelier n'est pas responsable
- S'il prouve que son client a commis une faute (par exemple, en ne fermant pas à clés son véhicule, ou bien en y laissant les clés sur le tableau de bord). Mais attention ! Le fait que le client laisse dans son véhicule fermé des objets tels qu'un appareil photographique ou un ordinateur ne constitue pas une faute qui empêche l'indemnisation du client.
- S'il prouve qu'il y a eu un cas de force majeure. C'est le cas d'une inondation résultant d'une "catastrophe naturelle", mais ce n'est pas le cas d'un acte de vandalisme.

Vol des effets de la clientèle confiés entre les mains de l'hôtelier ou de ses préposés

L'hôtelier est responsable de façon illimitée dans tous les cas de figure et ce même si l'hôtelier :
- A fait l'objet d'une agression ;
- A refusé le dépôt à partir du moment où son refus n'était pas légitime. L'absence de coffre n'est pas un refus légitime. Ce refus ne peut être justifié que si l'objet à déposer est un animal vivant, un objet trop encombrant ou d'une valeur excessive par rapport au standing de l'établissement.
- Le client doit porter plainte
Dans tous les cas de figure, le client ne peut être indemnisé par l'hôtelier ou le restaurateur ou leur assureur qu'à la condition de :
- Déposer plainte auprès des autorités de police ;
- Fournir les preuves de l'existence et de la valeur des objets dérobés (facture, retrait bancaire récent…)
- Ne pas avoir commis de faute.

Notre conseil

Vérifiez auprès de votre assureur que votre garantie responsabilité civile couvre aussi les objets mis au coffre pour les hôteliers.
Vérifiez que le montant est suffisant, selon le standing de l'établissement. Prévenez aussi votre assureur de l’existence des garages ou de mise à disposition de parkings pour votre clientèle.

Autre fiche pratique sur la responsabilité

La responsabilité des restaurateurs

Mise à jour : avril 2019

Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :   Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer par email



Poser une nouvelle question

Cocher cette case pour rester anonyme
En cliquant sur publier vous acceptez les conditions générales d'utilisation

Protection de vos données  -  Signaler un contenu illicite