SOS EXPERTS
Se connecter / S'abonner Espace Abonnés Espace abonnés

SOS Experts > Juridique et Social > Accueil

Covid -19 : principales aides aux CHR et mesures à respecter
la Rédaction de l'Hôtellerie-Restauration


Accueil SOS Experts
Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :


À Paris, les extensions de terrasses pérennisées d’avril à octobre

Par Sylvie Soubes

09 juin - La Ville de Paris a décidé de pérenniser les terrasses jusque-là dites ‘éphémères’. L’annonce a été confirmée le 7 juin, lors de la présentation de la réforme des étalages et terrasses dans la capitale. Les organisations professionnelles se réjouissent de cette perspective. “Les terrasses font partie de notre art de vivre et constituent un atout touristique important”, rappelle Franck Delvau, président exécutif de l’Umih Paris IDF et qui a participé aux négociations.
Pour la Mairie de Paris, il s’agit aussi de “rééquilibrer l’occupation de l’espace public et notamment des places de stationnement au profit des piétons et nouveaux usages”. Pour Romain Vidal, responsable syndical au sein du Groupement national des Indépendants (GNI), “permettre aux établissements d’ouvrir désormais terrasses estivales est une excellente chose, qui s’inscrit dans la vie culturelle et l’animation. C’était une demande des parisiens et pas seulement des professionnels de la restauration. Ce qui est certain, c’est qu’il fallait un encadrement et ce qui a été arrêté nous paraît raisonnable.”
Une clause de revoyure est prévue au deuxième semestre 2022. Concernant les droits de terrasse, la Ville confirme qu’ils ne seront pas perçus jusqu’au 30 septembre, que ce soit pour les terrasses historiques ou pour les terrasses jusque-là dites éphémères.

Ce qu’il faut savoir

Attention : les terrasses éphémères en place doivent faire l’objet d’une autorisation de la Ville de Paris (demande auprès de la Ville de Paris sur Paris.fr) pour pouvoir rester en place à partir du 1er juillet 2021.

• De nouvelles terrasses estivales pourront être installées du 1er avril au 31 octobre, sur les trottoirs, les terre-pleins, les placettes et les rues temporairement piétonnisées. Leur exploitation sera autorisée jusqu’à 22 heures. Elles devront être démontées au 1er novembre. Durant cette période, les commerces culturels (terrasse pour hôtel, disquaires et libraires), les hôtels et les fleuristes pourront installer des terrasses et étalages sur les places de stationnement (sauf celles réservées aux livraisons ou pour les personnes handicapées)

• Toutes ces terrasses doivent désormais faire l’objet d’une autorisation délivrée par la Ville de Paris. Ces terrasses restent précaires et révocables mêmes si elles seront reconductibles tacitement chaque année.

• Toutes ces installations seront soumises au paiement de droits de voiries et vont devoir respecter un

• Les terrasses estivales auront désormais un cadre esthétique à respecter. Les installations électriques, la publicité, l’installation de toitures, bâches, barnum, l’utilisation des bois de palettes, les planchers sont interdits. Seul mobilier autorisé : tables, chaises, parasols, porte-menus et jardinières.

Les terrasses estivales pourront être installées sur les trottoirs, les places de stationnement, les terre-pleins, les placettes et les rues temporairement piétonnisées. Elles seront autorisées pour sept mois dans l’année, du 1er avril au 31 octobre. Pour en bénéficier, les professionnels devront remplir une demande d’autorisation auprès de la Mairie de Paris. L’exploitation des terrasses estivales sera possible jusqu’à 22 heures. Enfin, le nouveau RET “accorde une importance particulière à la qualité esthétique” de l’aménagement. Sont formellement interdits “les toits, les bâches, les barnums et l’utilisation des bois de palettes”.

Mise à jour : 24 août 2021


Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :



Poser une nouvelle question

Cocher cette case pour rester anonyme
En cliquant sur publier vous acceptez les conditions générales d'utilisation

Protection de vos données  -  Signaler un contenu illicite