SOS EXPERTS
Se connecter / S'abonner Espace Abonnés Espace abonnés

SOS Experts > Juridique et Social > Accueil

Covid -19 : principales aides aux CHR et mesures à respecter
la Rédaction de l'Hôtellerie-Restauration


Accueil SOS Experts
Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :


L’Umih et le groupe Up demandent le maintien du plafond à 38 € au-delà du 31 août

Selon une enquête du Credoc, les salariés qui disposent de titres-restaurant vont 5 fois plus au restaurant que ceux qui n’en ont pas, rappelle l’Umih, qui tient à rappeler le rôle du titre-restaurant dans la relance. "Utilisé par plus de 4 millions de salariés, le titre-restaurant représente 8 milliards d’euros injectés dans la consommation de proximité, soit 15 % du chiffre d’affaires (étude fidal KPMG 2017) de la restauration commerciale. Dans certaines zones d’activité cela peut même atteindre 40 à 50 % du CA", souligne Hubert Jan, président de la branche restauration de l’Umih.

"Les mesures mises en place par les pouvoirs publics comme le doublement du plafond d’utilisation quotidien du titre (de 19 € à 38 €) ont permis d’augmenter de 53 % le montant moyen des transactions dans la restauration. La possibilité d’utiliser ces titres le dimanche et les jours fériés a aussi largement contribué à faciliter le retour des salariés dans les restaurants. La prolongation de la validité des titres 2020 jusqu’à la fin du mois d’août devrait permettre de flécher 700 millions d’euros vers les restaurants en 2021", constate l’organisation professionnelle qui demande aujourd’hui de pérenniser ce plafond d’utilisation à 38 € par jour.

Un appel lancé de concert avec le Groupe Up (qui offre des solutions de paiement et des services à utilité sociale et locale) et qui s’appuie sur ces autres chiffres du Credoc : 82 % des salariés considèrent le titre-restaurant comme un élément de la qualité de vie au travail, il représente une véritable marque de reconnaissance (82 %), participe au sentiment d’égalité (90 %) et à la cohésion (74 %) au sein de l’entreprise, il permet en outre de déconnecter au milieu de la journée de travail (69 %) pour mieux recharger ses batteries (79 %).

"De notre point de vue, ces chiffres confirment la vocation sociale du titre-restaurant qui permet aux entreprises d’améliorer concrètement la vie quotidienne des salariés. C’est bien plus qu’un simple moyen de paiement, c’est un pacte social et local vertueux entre l’entreprise, ses salariés et les commerces de proximité au service de tous", ajoute de son côté Julien Anglade, directeur général de Up France.

Mise à jour : 28 juillet 2021


Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :



Poser une nouvelle question

Cocher cette case pour rester anonyme
En cliquant sur publier vous acceptez les conditions générales d'utilisation

Protection de vos données  -  Signaler un contenu illicite