SOS EXPERTS
Se connecter / S'abonner Espace Abonnés Espace abonnés

SOS Experts > Juridique et Social > Accueil

Droit du travail en CHR (+ modèles de contrats et fiches de paie)
Pascale Carbillet


Accueil SOS Experts
Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :


Salaires : suivi des réunions de revalorisation

Grille de salaires dans les CHR : vers une extension de l’accord (18/01/22)

Le 16 décembre dernier, les organisations patronales du secteur (le GNC, Le GNI, Le SNRTC et l’Umih) avaient mis sur la table une nouvelle grille de salaires assurant une rémunération minimum supérieure à 5 % du Smic pour le premier niveau de cette grille (avec un taux à 11,01 € contre 10,48 € lors de la signature et 10,57 € désormais), ainsi qu’une augmentation moyenne de 16,33 % de l’ensemble de la grille. Cette grille était soumise à la signature des syndicats de salariés jusqu’au 17 janvier 2022. Dès le 5 janvier, la CFDT a annoncé avoir ratifié cette grille. Depuis le 17 janvier, s’est ouvert un délai de 15 jours afin de permettre une éventuelle opposition à son extension de la part des autres syndicats de salariés (FGTA-FO, CFE-CGS, CGT). Ils n’ont pas souhaité signer cette grille, mais ont annoncé ne pas vouloir s’y opposer.
Passé ce délai, la procédure d’extension pourra être mise en œuvre. Cela conduira à la publication d’un arrêté au Journal officiel qui rendra cette grille de salaire obligatoirement applicable à toutes les entreprises et tous les salariés du secteur des CHR. La procédure devrait encore prendre quelques mois.

La nouvelle grille de salaires qui va être étendue

  Niveau I Niveau II Niveau III Niveau IV Niveau V
Échelon 1 11,01 € 11,30 € 12,40 € 13,50 € 17,50 €
Échelon 2  11,03 € 11,60 € 12,60 € 14,00 € 20,80 €
Échelon 3  11,20 € 12,20 € 13,00 € 14,50 € 27,00 €

La grille de salaire dans les CHR proposée à la signature, est une nouvelle encourageante pour Elisabeth Borne (17/12/2021)

Elisabeth Borne, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, a réuni ce vendredi 17 décembre au matin, les organisations patronales et syndicales interprofessionnelles (le Medef, la CPME et l’U2P pour les employeurs et la CFDT, la CGT, FO et la CFE-CGC pour les salariés) afin de faire le point sur les négociations au sein des branches professionnelles dont les minimas conventionnels étaient inférieurs au Smic au 1er janvier 2021.
À l’issu de cette réunion, la ministre a fait un débriefing à la presse. Elle rappelle les enjeux de cette démarche : l’attractivité des métiers, d’autant plus dans les secteurs connaissant des contraintes de travail, avec comme par exemple les horaires du personnel routier. Elisabeth Borne précise qu’elle a rencontré toutes les branches et qu’à la date du 1er octobre 2021, 40 branches avaient des minimas conventionnels, inférieur au taux du Smic. Depuis, 1/3 de celle-ci ont conclu des accords pour avoir des minimas conventionnels supérieurs au Smic. Elle a souligné, la grille de salaires dans les CHR soumise à la signature des syndicats de salariés des CHR, et de qualifier cette proposition "de nouvelles encourageantes pour le secteur des CHR". Un de ses conseillers ayant ensuite qualifié de "conséquente" cette revalorisation de la grille de salaires.

Les organisations professionnelles du secteur des CHR proposent une grille de salaires à la signature (16/12/2021)

Les organisations professionnelles du secteur des CHR proposent  une grille de salaires à la signature
Jeudi 16 décembre, après 5 heures de négociations en mixte paritaire, le GNC, le GNI, le SNRTC et l’Umih ont proposé une nouvelle grille de salaire qui est mise à la signature. Deux organisations syndicales ont conditionné une éventuelle signature à la mise en place de négociations sur l’amélioration de conditions de travail dans la branche. Trois dates ont été fixées pour ces négociations.

Ce jeudi 16 décembre, les partenaires sociaux de la branche des CHR se sont retrouvés en présentiel afin de négocier une nouvelle grille de salaires. Dans un communiqué de presse commun, les 4 organisations patronales, déclarent avoir proposé une nouvelle grille des salaires assurant une rémunération minimum supérieure à 5 % du Smic dès le premier niveau de la grille. Cette grille se traduit par une augmentation moyenne de 16,33 % par rapport à la grille actuelle.
Pour les organisations professionnelles, il s’agit d’un effort historique pour la branche HCR particulièrement en cette période de crise et d’incertitudes économiques pour les entreprises du secteur.
Cette nouvelle grille signée par l’ensemble du collège patronal est mise à la signature.

Un accueil mitigé des salariés

Deux organisations syndicales : la CFDT et FO conditionnent une éventuelle signature de cette grille si des négociations sur une amélioration des conditions de travail dans la branche étaient actées. Trois dates ont été fixées : le 22 février, le 29 mars et le 31 mai 2022. À l’ordre du jour de la réunion du 22 février : les coupures, les éléments dérogatoires au code du travail comme le travail le dimanche, le 13 mois, le taux de valorisation des heures supplémentaires fixé à 10 % par la convention quand le code du travail prévoit 20%.
"Cette grille est tout à fait honorable et pourrait être signée. Mais il nous manque encore des engagements sur les conditions de travail et la fin des règles dérogatoires", précise Samuel Yim, négociateur pour la CFDT.

Pour la FGTA-FO, "penser que proposer une grille de salaire avec 3 ans de retard en partant sur celle de 2018 redonnera de l’attractivité au secteur et satisfera les salariés est un leurre". L’organisation syndicale se déclare "très réservée sur une signature de l’accord, consultera tous ses syndicats du secteur d’ici début janvier et prendre ses responsabilités."
La grille de salaire est mise à la signature jusqu’au 17 janvier 2022.
Didier Chastrusse, le seul négociateur de la CFE-CGC présent physiquement à la mixte, déplore "l’absence de positionnement de l’encadrement et ne s’associera pas à une signature de la grille sans de réelles contreparties sur les conditions de travail".
Sans surprise la CGT ne sera pas signataire de la grille de salaires. "Je suis déçu, car on est dans les demi-mesures et cela ne sera pas suffisant pour régler le problème de la pénurie de personnel", déclare Stéphane Fustec, négociateur pour la CGT qui regrette "l’absence d’engagement sur un agenda social et des mesure pour concilier la vie professionnelle et personnelle de salariés".

Le collège patronal par l’intermédiaire de Didier Chenet, considère, qu’il a répondu aux attentes des organisations syndicales et qu’il a pris les mesures leur permettant de signer cette grille salaire.

Les organisations professionnelles GNC, GNI, SNRTC, UMIH, devant l’effort consenti par la profession, demandent à l’État de poursuivre son soutien à la profession, notamment par l’activité partielle Covid, les exonérations des charges, l’aide "coûts fixes" simplifié, et enfin un aménagement des conditions d’amortissement du PGE s’imposent plus que jamais.

#attractivité

Mise à jour : janvier 2022


Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :


Consulter les dernières questions

Salaires : la grille revalorisée est-elle effective à ce jour ? (de Gabriel ANTHOINE)
25/02/22 à 10:25
Revalorisation salaires : concerne-t-elle tous les salaires ? (de Amentess)
18/01/22 à 17:32
Grille de salaires : laquelle doit-on appliquer au 1er janvier 2022 ? (de Fabienne CATHELIN)
13/01/22 à 14:36
Autres questions


Poser une nouvelle question

Cocher cette case pour rester anonyme
En cliquant sur publier vous acceptez les conditions générales d'utilisation

Protection de vos données  -  Signaler un contenu illicite