SOS EXPERTS
Se connecter / S'abonner Espace Abonnés Espace abonnés

SOS Experts > Juridique et Social > Accueil

Droit du travail en CHR (+ modèles de contrats et fiches de paie)
Pascale Carbillet


Accueil SOS Experts
Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :


Pas d’accord sur la revalorisation de la grille de salaires dans les CHR

Le collège patronal a présenté une grille de salaires commune qui a été jugée très insuffisante par le collège salarial. Rendez-vous est pris le 16 décembre pour poursuivre les négociations.

Les partenaires sociaux de la branche des CHR (syndicats de salariés et organisations professionnelles des employeurs) se sont réunis jeudi 18 novembre en mixte paritaire, en visioconférence afin de négocier une revalorisation de la grille de salaires.

Les quatre organisations professionnelles (GNC, GNI, SNRTC et Umih) ont présenté une grille de salaires commune allant au-delà de ce qui avait été annoncé dans la presse début octobre (en moyenne une revalorisation de 10,50 % par rapport à la grille de salaires actuelle qui fixe le taux horaire minimum à 10,43 € pour les 3 échelons du niveau I et les 2 échelons du niveau II contre les 9 % annoncé). Le collège salarial n’a pas souhaité discuter de cette proposition, la jugeant trop basse et provocatrice, précise Emmanuel Achard, négociateur pour le GNI. "La proposition du collège patronal ne fait que reprendre le retard pris depuis 2018 (date de la conclusion de la dernière grille de salaires) avec une légère amélioration. Une telle grille ne va pas conduire à rendre la branche attractive. Quant à l’encadrement, je regrette encore que cette grille s’arrête au plafond de la Sécurité sociale qui est le plancher de ce niveau", explique Didier Chastrusse, négociateur pour la  (CFE-CGC).

FO dénonce un leurre et un coup de communication à l’égard des pouvoirs publics. Il déplore que "les trois premiers échelons du premier niveau de la grille ne dépassent pas 4,77 % d’augmentation quand le premier niveau des cadres bénéficie de près de 20 %", et reproche que les organisations patronales "communiquent sur une moyenne de 10 % avec de tels écarts est un non-sens, voir faussent la négociation car la majorité des salariés du secteur se trouvent en bas de l’échelle, et ils ne verront pas la couleur de cette prétendue augmentation".

Pour sa part, la CFDT a fait une contre-proposition en présentant une grille de salaires avec augmentation moyenne de 34,50 %. La CGT a aussi proposé une grille de salaires, avec une revalorisation moyenne de 20 %.

Pour les quatre organisations professionnelles d’employeurs, ces propositions sont déconnectées de la réalité économique et financière des entreprises. Ils considèrent qu’en ces périodes de sortie de crise, ces augmentations ne pourraient pas être supportées économiquement par les professionnels du secteur.

Rendez-vous a été pris le 16 décembre pour de nouvelles négociations. À l’ordre du jour, la grille des salaires, et la fixation d’un calendrier pour la mise en place de groupes de travail pour négocier d’autres éléments de rémunération (jours fériés, taux de majoration des heures supplémentaires, coupure…).

#attractivité

Autres fiches pratiques sur le temps de travail

Temps de travail dans la profession des CHR
Modèle de feuille de décompte journalier de la durée du travail avec récapitulatif hebdomadaire

Mise à jour : novembre 2021


Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :



Poser une nouvelle question

Cocher cette case pour rester anonyme
En cliquant sur publier vous acceptez les conditions générales d'utilisation

Protection de vos données  -  Signaler un contenu illicite