SOS EXPERTS
Se connecter / S'abonner Espace Abonnés Espace abonnés

SOS Experts > Juridique et Social > Accueil

Droit du travail en CHR (+ modèles de contrats et fiches de paie)
Pascale Carbillet


Accueil SOS Experts
Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :   Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer par email

sandrine     Mercredi 21 juillet 2021 16:34
Licence IV : peut-on étendre son bénéfice aux locaux situés exactement en face ?

Propriétaire d?un établissement (Bar Brasserie), titulaire d?une licence IV, est-il possible d?étendre le bénéfice de cette licence aux locaux situés exactement en face dans une rue étroite et piétonne, locaux qui seront exploités sous la même enseigne par la même entité et pour la même et unique clientèle ?


Pascale CARBILLET     Jeudi 22 juillet 2021 11:57

Dans la mesure où il y a une séparation physique entre les deux établissements, à la lecture de la jurisprudence cela s'assimile à un dédoublement du débit initial.
Le fait de créer un établissement distinct dans un bâtiment différent sans aucune communication entre les deux débits ne constitue pas une extension mais un dédoublement du débit initial et donc une ouverture illicite. Pour que cela soit possible, vous devez vous procurer une nouvelle licence de débits de boissons et faire la déclaration préalable à l’ouverture de ce nouveau débit.

L’exploitation d’un débit de boissons sans avoir effectué la déclaration préalable est constitutive d’un délit, puni de 3 750 € d’amende (art. L3352-3 du code de la santé publique). Le simple agrandissement d’un débit préexistant ne constitue pas une infraction. L’article R3323-4 du code de la santé publique précise que les terrasses des débits de boissons implantées sur le domaine public sont considérées comme une extension de l’établissement.

La jurisprudence a considéré qu’il y avait extension du débit initial dans les cas suivants :

- le fait d’agrandir un débit de boissons préexistant en aménageant une nouvelle salle communiquant avec l’ancienne ne peut en soi être considéré comme l’ouverture d’un nouveau débit (Crim.19 mars 1969) ;

- le fait d’agrandir un débit et de l’aménager en parties à vocation spécialisées, dès lors que tous ces éléments font partie d’un ensemble unique (Paris 28 septembre 1976).

En revanche, la jurisprudence a considéré qu’il y avait ouverture d’un débit illicite :

- lorsqu’un exploitant installe, dans un immeuble où il exploitait déjà une licence, une nouvelle salle distincte du fonds primitif sans communication intérieure de l’une à l’autre et destinée en fait à une clientèle différente (Cass. crim 27 mars 1974, bull.crim n° 132) ;

- lorsque l’exploitant, loin d’avoir seulement aménagé le fonds initial, crée un établissement nouveau qui, bien que communiquant avec le premier, s’en distingue par un certain nombre de particularités : les enseignes, la décoration, les horaires, les tarifs de consommations, les clientèles et les modes d’exploitation (Cass. crim. 22 janvier 1976, bull. Crim. n° 27).

Suivre et être alerté des nouvelles publications de Pascale CARBILLET


Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :   Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer par email

Ajouter un message

Pascale CARBILLET
Cocher cette case pour rester anonyme
En cliquant sur publier vous acceptez les conditions générales d'utilisation

Protection de vos données  -  Signaler un contenu illicite
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration