SOS EXPERTS
Se connecter / S'abonner Espace Abonnés Espace abonnés

SOS Experts > Juridique et Social > Accueil

Droit du travail en CHR : les conditions de travail (+ modèles de lettres)
Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot


Accueil SOS Experts
Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :   Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer par email

Les visites médicales

Les règles relatives aux visites médicales du travail ont été modifiées par la loi Travail du 8 août 2016 entrée en vigueur au 1er janvier 2017 suite à la parution des décrets d'application.

Quelles sont les visites médicales obligatoires ?

La visite d'information et de prévention (Vip) qui se déroule dans les 3 mois après l'embauche (et qui remplace la visite médicale d'embauche - art L. 4624-1, R. 4624-10).

La visite médicale périodique dont la périodicité est dorénavant personnalisée et doit avoir lieu dans les 5 ans (qui remplace celle qui devait avoir lieu tous les 2 ans). 

La visite médicale de reprise après un arrêt de travail. 

La visite d'information et de prévention (ex-visite médicale d'embauche)

Depuis le 1er janvier 2017, la Vip remplace la visite médicale d'embauche. Cette visite doit avoir lieu dans les 3 mois après l'embauche. Auparavant, elle devait avoir lieu avant l'embauche, ou au plus tard avant l'expiration de la période d'essai.

Par exception, cette visite doit se tenir :
- dans les 2 mois après la prise effective de poste pour les apprentis (art. R. 6222-40-1).
- préalablement à l'affectation sur le poste pour les salariés travaillant de nuit et ceux âgés de moins de 18 ans (art. R. 4624-18).

Ces règles s'appliquent aussi bien au CDI qu'aux CDD. 

Pour les saisonniers, la Vip est obligatoire s'il est embauché pour plus de 45 jours de travail effectif et qu'il est exposé à l'amiante ; au plomb ; aux agents cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction ;aux rayonnements ionisants ;au risque hyperbare, au risque de chute de hauteur lors des opérations de montage et de démontage d'échafaudages, ce qui concerne peu les CHR. Il en résulte que dans les autres cas, c'est-à-dire dans la majorité des embauches de saisonniers en CHR, la Vip n'est pas obligatoire (art. D 4625-22 du code du travail). En revanche, le texte précise que le service de santé au travail organise des actions de formation et de prévention. Il est donc conseillé à l'entreprise de se rapprocher de son service de santé au travail (ex-centre de médecin du travail) pour s'informer sur ces actions.

Dispense de Vip 

La Vip n'est pas obligatoire quand les 3 conditions suivantes sont réunies (conditions cumulatives) :
- le salarié occupe un emploi identique présentant des risques d'exposition équivalents ;
- le professionnel de santé dispose de la dernière attestation de suivi ou du dernier avis d'aptitude ;
- aucune mesure individuelle liée au poste ou au temps de travail (ex.: transformation du poste, aménagement du temps de travail), ou aucun avis d'inaptitude ne doit avoir été émis au cours des 5 dernières années (3 dernières années en cas de suivi médical adapté) (art. R 4624-15 modifié par le décret n°2016-1908 du 27 décembre 2016 - art. 1).

La visite médicale périodique 

La périodicité de la visite d'information et de prévention est désormais personnalisée et doit avoir lieu dans les 5 ans. C'est le médecin du travail qui fixe, dans le cadre d'un protocole, cette périodicité en fonction des conditions de travail, de l' âge et de l'état de santé du salarié, ainsi que des risques auxquels il est exposé. (art. R. 4624-16 modifié par le décret n°2016-1908 du 27 décembre 2016 - art. 1). 

Ces règles concernent les CDI et le CDD.

Certains salariés bénéficient de modalités de suivi adaptées au moins tous les 3 ans dans le cadre d'un protocole établi par le médecin du travail). Il s'agit de ceux dont l'état de santé, l'âge, les conditions de travail ou les risques auxquels ils sont exposés nécessitent un suivi adapté (ex. travailleurs handicapés, de nuit - art. R. 4624-17 modifié par le décret n°2016-1908 du 27 décembre 2016 - art. 1).

C'est le médecin du travail qui fixe, dans le cadre d'un protocole, cette périodicité en fonction des conditions de travail, de l' âge et de l'état de santé du salarié, ainsi que des risques auxquels il est exposé. (art. R. 4624-16).

La visite médicale de reprise

L'employeur doit organiser une visite médicale de reprise dans les cas suivants : 

1° Après un congé de maternité ;
2° Après une absence pour cause de maladie professionnelle (quelle que soit sa durée) ;
3° Après une absence d'au moins trente jours pour cause d'accident du travail, de maladie ou d'accident non professionnel.

Depuis le 1/01/2017, la visite de reprise doit avoir lieu le jour de la reprise du travail et au plus tard dans un délai de 8 jours à compter de cette reprise. Pour cela l'employeur doit saisir le service de santé au travail dès qu'il a connaissance de la date de la fin de l'arrêt de travail (R 4624-31 du code du travail).

En cas d'arrêt de travail d'une durée de plus de trois mois, une visite de pré-reprise est organisée par le médecin du travail à l'initiative du médecin traitant, du médecin conseil des organismes de sécurité sociale ou du salarié.(art. R4624-20).

NB. En cas d'absence de plus de 3 mois, une visite de pré-reprise est organisée par le médecin du travail à l'initiative du médecin traitant, du médecin conseil des organismes de sécurité sociale ou du salarié. (art. R4624-20)

Rémunération du temps consacré à la visite médicale

Le temps nécessité par les visites et les examens médicaux, y compris les examens complémentaires, est soit pris sur les heures de travail des travailleurs sans qu'aucune retenue de salaire puisse être opérée, soit rémunéré comme temps de travail effectif lorsque ces examens ne peuvent avoir lieu pendant les heures de travail.
Le temps et les frais de transport nécessités par ces visites et ces examens sont pris en charge par l'employeur (art. R 4624-39 du code du travail).

Adhérer à un service de santé au travail

L'adhésion à un Service de santé au travail est obligatoire, pour toute entreprise, dès le premier salarié, quelles que soient la nature et la durée des contrats de travail (D 4622-14 du code du travail). Il n'y a pas de barème national d'adhésion varie localement.

Pour trouver un service de santé au travail près de chez vous : cliquez ici

Autres fiches pratiques sur l'arrêt maladie

Arrêt maladie et congés payés
Arrêt maladie et contrat de travail
Arrêt maladie et salaire
Arrêt maladie et salarié malhonnête

Mise à jour : mars 2020

Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :   Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer par email


Consulter les dernières questions

Visite d'information et de prévention : existe-t-il encore des dépistage des porteurs sains via prélèvements ? (de Audrey Le Boulch)
11/09/19 à 10:43
Conditions de travail : mise à jour de la page 'Visite médicale' (de L'Hôtellerie Restauration)
27/04/16 à 16:05
Proposer de loger un salarié : quel tarif lui faire et comment procéder ? (de Bénédicte)
02/09/15 à 20:57
Changement de centre de médecine du travail : est-ce possible ? (de Corinne)
27/04/15 à 12:22
Visite médicale et travail de nuit: doit-on en passer une au moment de l'embauche ? (de travailleurdenuit)
14/12/14 à 17:52
Autres questions


Poser une nouvelle question

Cocher cette case pour rester anonyme
En cliquant sur publier vous acceptez les conditions générales d'utilisation
Publier

Protection de vos données  -  Signaler un contenu illicite