SOS EXPERTS
Se connecter / S'abonner Espace Abonnés Espace abonnés

SOS Experts > Juridique et Social > Accueil

Droit du travail en CHR : les conditions de travail (+ modèles de lettres)
Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot


Accueil SOS Experts
Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :   Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer par email

Le congé maternité

Le congé maternité est une période pendant laquelle une salariée peut s'absenter en raison de sa maternité. Il se compose d'un congé prénatal qui précède l'accouchement, et d'un congé postnatal qui suit l'accouchement.

Congé maternité et contrat de travail 

Le congé maternité concerne toutes les salariées sans condition d'ancienneté et quelle que soit la taille de l'entreprise. Dans les CHR, le congé maternité est régi par l'article 28 de la CCN des CHR qui se contente de renvoyer aux dispositions du code du travail. 

La durée du congé maternité va dépendre de la situation familiale de la salariée avant la naissance, et du nombre d'enfants attendus pendant la grossesse. La durée de référence est de 16 semaines dont 6 avant la naissance (prénatal) et 10 après (postnatal) (art. L 1225-17 du code du travail).

Naissance

Durée du Congé

Naissance unique

Prénatal

Postnatal

Total

Naissance du 1er ou 2ème enfant

6 semaines

10 semaines

16 semaines

Naissance du 3ème, 4ème enfant (ou plus)

8 semaines

18 semaines

26 semaines

Naissance de jumeaux

12 semaines

22 semaines

34 semaines

Naissance de triplés ou plus

24 semaines

22 semaines

46 semaines

Toutefois, en pratique, certains évènements peuvent modifier ces délais (accouchement prématuré ou tardif). Par ailleurs un arrêt dit 'pathologique' liée à l'état de santé de la salariée, et attestée par un certificat médical, peut augmenter la période de suspension de contrat de travail : il peut s'ajouter à la période de congé prénatal (2 semaines maximum) ou postnatal (4 semaines maximum) (art. L 1225-21 du code du travail). 

Comment informer l'employeur ?

Certificat médial

Pour bénéficier du congé maternité, la salariée doit remettre à son employeur un certificat médical attestant de son état de grossesse ou de la date présumée de l'accouchement.

LRAR

En outre, elle doit l'informer de la volonté de prendre son congé maternité en précisant la date à laquelle elle entend reprendre son travail par lettre recommandée avec accusé de réception ou remise en main propre contre décharge (art. L 1225-24 et D 1225-4-1).

Prévenir de l'état de grossesse

Par ailleurs, il n'y a pas de délai minimum pour informer l'employeur de son état de grossesse, mais la salariée doit veiller à le prévenir suffisamment à l'avance afin qu'il puisse organiser son remplacement pendant le congé.

Télécharger un exemple de lettre

Que se passe-t-il pendant le congé maternité ? 

Le congé maternité a pour effet de suspendre le contrat de travail.

Pas de maintien de salaire

Première conséquence : le versement du salaire est suspendu. En effet, à défaut d'accord collectif, d'usage ou d'accord contractuel avec une salariée, l'employeur n'est pas tenu de maintenir la rémunération de la salariée pendant le congé maternité. La CCN des CHR ne prévoit pas d'indemnisation de la maternité et se contente de renvoyer au code du travail. Dès lors, il n'y a pas de maintien de salaire pendant la maternité.
Mais, les salariées peuvent bénéficier des indemnités journalières de l'assurance maternité si elles remplissent les conditions nécessaires telles que précisée sur ameli.fr.

Régimes social et fiscal des IJSS maternité

Elles sont exonérées de cotisations sociales mais sont soumises à la CSG sur les revenus de remplacement et à la CRDS sans abattement d'assiette. Le prélèvement est fait directement par la caisse qui verse un montant d'IJSS net de CSG et de CRDS. Ces IJSS sont, en revanche, soumises à l'impôt sur le revenu. 

Maternité et licenciement 

La salariée en congé maternité est protégée contre le licenciement pendant une période qui couvre toute sa grossesse, la durée du congé maternité jusqu’à dix semaines après son retour de congé maternité, et, depuis la loi Travail, la période de congés payés prise immédiatement après le congé maternité (étant précisé que dans ce cas, les 10 semaines post congé débutent à l’issue des congés-payés).

Mais il faut distinguer :

- la protection est dite 'absolue' pendant la période de congé de maternité en lui-même (= période de suspension du contrat) : durant cette période aucun licenciement ne peut prendre effet ou avoir lieu, quelque soit le motif ; 

- la protection est dite 'relative' pendant les périodes pré et post congé maternité. Pendant ces périodes, un licenciement est possible uniquement en cas de faute grave non liée avec son état de grossesse ou encore en raison de l’impossibilité de maintenir le contrat pour un motif étranger à l’arrivée de l’enfant.

NB. : le père de l’enfant bénéficie également de la protection relative pour la période des 10 semaines qui suivent la naissance de son enfant (art. L1225-4-1 du code du travail).

Plus d’infos : art. L1225-4 du code du travail ou fiche pratique Licenciement et maternité, dans le blog Ruptures du contrat de travail.

Surveillance médicale spécifique

La femme enceinte bénéficie d'une surveillance médicale renforcée (art. R 4624-18 du code du travail). La salariée enceinte doit se soumettre à des examens médicaux périodiques pour bénéficier des prestations de sécurité sociales : 1ère visite médicale dans les trois premiers mois, puis un examen chaque mois pendant les 6 mois suivants. 
L'employeur doit accorder à ce titre des autorisations d'absence, sans perte de salaire. Ces absences sont prises en compte pour le calcul de la durée des congés payés et pour les droits liés à l'ancienneté (c. trav. art. L 1225-16).
En outre, la salariée subit obligatoirement un examen de reprise du travail par le médecin du travail à son retour dans l'entreprise (article R 4624-31). 

À son retour : même poste, même salaire

"À l'issue du congé de maternité, la salariée retrouve son précédent emploi ou un emploi similaire assorti d'une rémunération au moins équivalente", prévoit l'article L 1225-25 du code du travail. Un employeur qui ne respecte pas cette obligation commet une faute contractuelle et la salariée peut obtenir la résiliation judiciaire du contrat (Cass. soc. 2 avril 2014, n° 12-27849). 

Mise à jour : janvier 2020

Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :   Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer par email



Poser une nouvelle question

Cocher cette case pour rester anonyme
En cliquant sur publier vous acceptez les conditions générales d'utilisation
Publier

Protection de vos données  -  Signaler un contenu illicite