SOS EXPERTS
Se connecter / S'abonner Espace Abonnés Espace abonnés

SOS Experts > Gestion et Marketing > Accueil

Idées simples pour doper les recettes de votre restaurant
Bernard Boutboul


Accueil SOS Experts
Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :


Livraison des repas : une aubaine pour les restaurateurs ?

Si les services de livraison permettent aux établissements de se faire connaître et de fidéliser une clientèle, il y a un revers à la médaille. Démonstration avec Bernard Boutboul, à la tête du cabinet Gira Conseil.

"Nous observons l'arrivée de plus en plus d'acteurs dans le domaine de la livraison des repas", constate Bernard Boutboul. Et ce en dépit de "la préférence française pour aller au restaurant plutôt que de se faire livrer", nuance le fondateur et directeur général du cabinet Gira Conseil. Un phénomène qui a débuté à Paris, au lendemain des attentats de novembre 2015, souligne le consultant : "Durant le premier semestre 2016, la restauration à table a beaucoup souffert, en particulier dans la capitale. On a alors pu observer un réel engouement pour la livraison des repas à domicile. Mais l'effet s'est tassé en 2017, au moment où la restauration avec service à table a repris des couleurs."

"C'est du chiffre d'affaires en plus, mais à marge dégradée"

Aujourd'hui, les Français appréhendent la livraison plutôt comme un service en plus, voire du dépannage. Ce qui n'est pas le cas chez les Anglo-saxons, qui la perçoivent comme une évidence culturelle. En France, du côté des restaurateurs, Deliveroo, Foodora et les autres sociétés de portage de repas s'apparentent à un moyen supplémentaire de se faire connaître, générer du trafic et fidéliser la clientèle. "C'est donc du chiffre d'affaires en plus, mais à marge dégradée", commente Bernard Boutboul. En effet, certaines sociétés de livraison prennent jusqu'à 30 % de marge sur chaque repas porté. Enfin, le consultant pointe le danger du poids de la livraison dans le chiffre d'affaires d'un restaurant, si celle-ci dépasse les 50 % : "La livraison risque alors de devenir le Booking de la restauration. Ce qui peut mettre en péril, à terme, l'équilibre économique d'un établissement."

Autres fiches pratiques pour définir son concept

Qu'est-ce qu'un concept ?
Les concepts monoproduits ont-ils un avenir ?
Food trucks : ont-ils encore de l'avenir ?
Restaurant éphémère : galère ou bon plan ?
Faut-il miser sur le 'manger engagé' ?
Fast casual : quand la restauration rapide a bon goût
Goûter : pourquoi et comment le remettre au goût du jour ?
Comment séduire les clients avec une offre de petit déjeuner ?
Restauration à thème : un bon choix ?
Être locavore : effet de mode ou pas ?
Manger 'healthy' : mode d'emploi
Flexitarisme : une nouvelle donne au restaurant
Cuisines du monde : les nouvelles tendances Food

Mise à jour : avril 2018


Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :



Poser une nouvelle question

Cocher cette case pour rester anonyme
En cliquant sur publier vous acceptez les conditions générales d'utilisation

Protection de vos données  -  Signaler un contenu illicite