SOS EXPERTS
Se connecter / S'abonner Espace Abonnés Espace abonnés

SOS Experts > Gestion et Marketing > Accueil

Idées simples pour doper les recettes de votre restaurant
Bernard Boutboul


Accueil SOS Experts
Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :   Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer par email

Fast casual : quand la restauration rapide a bon goût

Le terme est anglo-saxon, mais c'est désormais une spécialité française : une restauration rapide haut de gamme, dont les restaurants Cojean ont été les précurseurs à Paris. Bernard Boutboul, à la tête de Gira Conseil, analyse le phénomène.

À l'heure où les Français ne dépassent pas la demi-heure pour déjeuner, le fast casual a la vie belle. "Ce terme anglo-saxon désigne la restauration rapide haut de gamme", explique Bernard Boutboul. Le fondateur et directeur général du cabinet Gira Conseil précise que ce mouvement a pris sa place en France "depuis l'arrivée des restaurants Cojean, créés par Alain Cojean en 2001 à Paris". Pour lui, c'est à ce moment précis que "le fast casual a remplacé la malbouffe". Une tendance qui a fait boule de neige : "Au milieu des années 2000, ce mouvement a entraîné de grands chefs étoilés vers la restauration rapide", poursuit le consultant. Il cite pêle-mêle les concepts Ouest Express de Paul Bocuse, Secrets de table d'Antoine Westermann, BE d'Alain Ducasse ou encore Miyou de Guy Martin.

Un ticket moyen autour des 25 €

"Alain Cojean a fait monter en gamme la restauration rapide", reprend Bernard Boutboul. Autrement dit : il a introduit dans une logique de fast-food, le fait minute et les produits frais du jour, quitte à faire grimper le ticket moyen autour des 25 €, face à un kebab qui flirte avec les 5 €. "On est entré dans une restauration rapide de haute qualité dont le prix plus élevé se justifie au regard des produits travaillés et servis. Ce n'est pas parce que les gens sont pressés qu'ils veulent mal manger", commente le consultant. Un comportement et une attente qui se retrouvent aujourd'hui à Paris comme à Londres, "mais aussi en Australie, en Suède ou encore aux États-Unis", constate Bernard Boutboul, qui conclut : "Tout monte en gamme, même si on veut déjeuner ou dîner vite et même si on n'est pas servi à table."

Autres vidéos sur les clés du succès

Carte courte : quels sont les avantages et les inconvénients ?
Pourquoi la frite a toujours la cote ?
Être locavore : effet de mode ou pas ?
Les cuisines du monde séduisent à nouveau
Quand la gastronomie concurrence la restauration rapide
Agroalimentaire, il faut surprendre le client
Être le moins cher ou le meilleur
Innover
Quand le pain servi à table peut faire la différence
Café gourmand : prive-t-il de dessert ?
Food trucks : ont-ils encore de l'avenir ?
Restaurant éphémère : galère ou bon plan ?
Faut-il miser sur le 'manger engagé' ?
Les concepts monoproduits ont-ils un avenir ?
Modes de distribution : les innovations changent la donne

Va-t-on vers la disparition des nappes au restaurant ?
Peut-on bien manger sans forcément être bien assis ?
Les chefs doivent-ils forcément sortir en salle ?
Doggy bag : faut-il l'imposer dans les restaurants ?
Cuisine ouverte : quels sont les avantages et les inconvénients ?
Service : ces absurdités qui nous entourent
Musique au restaurant : est-elle toujours bien utile ?
Livraison des repas : une aubaine pour les restaurateurs ?

Mise à jour : février 2018

Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :   Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer par email



Poser une nouvelle question

Cocher cette case pour rester anonyme
En cliquant sur publier vous acceptez les conditions générales d'utilisation
Publier

Protection de vos données  -  Signaler un contenu illicite