SOS EXPERTS
Se connecter / S'abonner Espace Abonnés Espace abonnés

SOS Experts > Fonds de commerce > Accueil

Accompagnement pour l'acquisition et la transmission
Adeline Desthuilliers et Mahmoud Ali Khodja


Accueil SOS Experts
Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :

jean francois     Lundi 15 juin 2020 02:41
Achat d'un fonds de commerce ou de société : quelle situation est la meilleure ?

Bonjour, je vous explique ma situation, je cherchais avant cette satanée crise à reprendre une deuxième affaire dans une ville à coté de chez moi avec mon cuisinier qui collabore avec moi depuis des années sur mon restaurant.
Cependant la crise est passée par là et j?envisage de réduire significativement mon apport dans le cadre de cette démarche afin de prévenir les coups durs à venir.

Dès lors je me suis renseigné sur 2 procédures d?achat qui nécessitent si j?ai tout compris, moins d?apport.

1. Racheter une entreprise en liquidation:

J?ai lu de nombreux témoignages mais des points divergent : Sur les contrats de travail et les dettes, selon certains on en est solidaire, selon d?autres on n?est pas redevable des dettes et la reprise est vierge de salariés.

Sur le prix, j?ai lu (et entendu) des témoignages de gens qui faisaient des affaires vraiment intéressantes (Pour schématiser prix d?achat de 15 à 35% du CA), alors que sur votre site, votre experte parle de 50% de la valeur marchande (continuons de schématiser disons 50% du CA), où est donc la vérité ? Puis je proposer une offre inférieure au prix estimé (j?ai parcouru des annonces de ventes aux enchères) ou un prix libre sous enveloppe directement au mandataire ?

2. Le rachat de parts sociales par le biais d?une holding

J?ai bien compris l?importance de la garantie de passif pour que le cédant soit responsable des dettes antérieures à la reprise.
J?ai cru comprendre qu?il y avait un délai de 3 ou 4 ans pour le paiement avec paiement par tranche annuellement.

Mais si par malheur ou incompétence nous faisons faillite, que se passe-t-il ?

Si ça marche prenons un exemple concret, j?avais visité avant la crise un établissement dans une situation financière et comptable dirons nous, passables. Imaginons que cet établissement avait une dette totale de 150k€, 50 en bancaire et 100 en CCA, mon idée était un rachat de parts à hauteur des dettes, ainsi je rachetais le crédit et payais les échéances, mais pour le CCA j?aurais du payer une partie tous les ans c?est ça ? et celà sans avoir recours au crédit bancaire ?

Si quelqu?un pouvait éclairer ma lanterne.

Merci d?avance



Adeline Desthuilliers     Mardi 16 juin 2020 11:28

Bonjour,

Vous indiquez « Pour le rachat d’une entreprise en liquidation », je me permets pour commencer de vous préciser qu’il existe deux procédures distinctes pour le rachat d’une entreprise en difficulté en fonction que cette dernière est soit en redressement judiciaire ou en liquidation judiciaire.
Ici je comprends donc que l’on parle d’un restaurant en liquidation judiciaire. Dans le cadre d’une liquidation judiciaire la loi permet d’organiser la vente des actifs (mobilier, fonds de commerce, matériel…) soit de gré à gré soit par le biais d’une vente aux enchères, de manière globale ou par morceau. S’il y a plusieurs offres c’est le juge commissaire qui tranchera. L’objectif étant de rembourser au maximum les créanciers donc de favoriser le plus offrant (à la différence du rachat d’une entreprise à redressement pour laquelle le maintien de l’emploi sera favorisé). Il n’y a pas de règles en la matière, juste des statistiques, donc à vous de faire votre offre. Pour ce type d’acquisition faites vous accompagner par un avocat spécialisé dans la reprise car il y a des points d’attention particuliers comme la priorité de réembauchage, et la clause de solidarité inversé dans le bail.

Concernant « Le rachat de parts sociales par le biais d’une holding » ce que l’on appelle aussi le LBO. Pour faire court ce type de montage permet de lever des fonds pour acquérir une cible. Toutefois ce montage n’offre pas de garanties suffisantes au banquier donc vous devrez lui démontrer la rentabilité de l’affaire, ou offrir d’autres garanties que la cible. Ce type d’achat est favorisé pour l’acquisition d’une cible à plusieurs, ou d’un montant important.

En ce qui concerne le prix de vente, le prix se détermine par la valeur de l’entreprise et non pas par rapport à son endettement. (La vente d’une entreprise en deçà de sa valeur comporte des risques fiscaux.)
Dans le cas où la société se vendrait à hauteur de ses dettes constituées par un emprunt bancaire, et du compte courant d’associés. Lors de l’acquisition vous devrez obtenir l’agrément de la banque pour substituer les garanties existantes. Et concernant le compte courant d’associé il devra être remboursé au vendeur au jour de la signature.
J’espère avoir un peu éclairé votre lanterne, je vous invite à consulter sur le blog les articles sur le LBO.
Cordialement



Suivre et être alerté des nouvelles publications de Adeline Desthuilliers


Ajouter à mes favoris / Etre alerté Partager :

Ajouter un message

Cocher cette case pour rester anonyme
En cliquant sur publier vous acceptez les conditions générales d'utilisation

Protection de vos données  -  Signaler un contenu illicite
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration